à partir d’un extrait du Chaperon Rouge Ch Perrault

Les filles de l’ogre deviennent des filles de fées ou comment passer d’un portrait péjoratif à un portrait mélioratif.

« L’Ogre avait sept filles, qui n’étaient encore que des enfants. Ces petites ogresses avaient toutes le teint fort beau, parce qu’elles mangeaient de la chair fraîche, comme leur père ; mais elles avaient de petits yeux gris et tout ronds, le nez crochu, et une fort grande bouche, avec de longues dents fort aiguës et fort éloignées l’une de l’autre. Elles n’étaient pas encore fort méchantes; mais elles promettaient beaucoup, car elles mordaient déjà les petits enfants pour en sucer le sang. »

Les filles de fées avaient de magnifiques yeux en amande d’un châtain éblouissant. Elles avaient un nez bien fait, ni trop grand, ni trop petit. Leur bouche était fine et quand elles souriaient, on pouvait apercevoir de magnifiques dents de lait. Ces filles étaient resplendissantes et gentilles. Elles promettaient de devenir encore plus belles avec le temps.

Les filles de fées avaient de grands yeux bleus, pareils à la couleur d’un lac, le nez tout rond et une belle petite bouche rose avec de petites dents bien alignées. Elles étaient douces et gentilles, leur sourire répandait la gaieté et leurs ailes étaient pétillantes de couleur.

Les filles de fées avaient de très jolis yeux bleus qui brillaient comme des diamants, un tout petit nez recouvert de taches de rousseur et une bouche merveilleusement rose. Elles avaient de petites dents qui ressemblaient à des perles blanches. Elles étaient douces et gentilles et aimaient beaucoup les enfants.

Les filles de fées avaient de très jolis yeux bleus qui brillaient, le nez retroussé et fin, une petite bouche dont la dentition était parfaite. Elles étaient déjà très douces et gentilles avec leurs enfants.Les filles de fée avaient toutes le teint for beau parce qu’elles mangeaient de bons légumes frais du jardin de leur père ; elles avaient aussi de magnifiques yeux étincelants, un nez petit et rond, un sourire radieux déposé sur leurs lèvres. Quand elles ouvraient leur bouche on apercevait de belles dents aussi blanches que la neige. Elles étaient douces et gentilles. Plus tard, elles deviendraient de belles et gentilles jeunes filles.

0 Responses to “à partir d’un extrait du Chaperon Rouge Ch Perrault”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




février 2012
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829  

%d blogueurs aiment cette page :