Les temps simples du subjonctif : présent et imparfait

Le subjonctif (les temps simples)

Site Ralentir travaux : pour plus d’informations, des exercices voir ici

1. Les temps simples : le présent et l’imparfait

a) Le présent

être avoir jouer
Que je sois Que j’aie Que je joue
Que tu sois Que tu aies Que tu joues
Qu’il soit Qu’il ait Qu’il joue
Que nous soyons Que nous ayons Que nous jouions
Que vous soyez Que vous ayez Que vous jouiez
Qu’ils soient Qu’ils aient Qu’ils jouent
faire dire pouvoir
Que je fasse Que je dise Que je puisse
Que tu fasses Que tu dises Que tu puisses
Qu’il fasse Qu’il dise Qu’il puisse
Que nous fassions Que nous disions Que nous puissions
Que vous fassiez Que vous disiez Que vous puissiez
Qu’ils fassent Qu’ils disent Qu’ils puissent

Les verbes donnés ci-dessus sont parmi les plus utilisés de la langue française.

Le subjonctif est proche du présent de l’indicatif (voir le verbe jouer, mais c’est souvent le cas avec les verbes du premier groupe) voire du présent de l’impératif (voir les auxiliaires être et avoir), mais aussi de l’imparfait de l’indicatif (voir de manière quasi systématique – exception faite des auxiliaires – les première et deuxième personnes du pluriel).

b) L’imparfait

être avoir jouer
Que je fusse Que j’eusse Que je jouasse
Que tu fusses Que tu eusses Que tu jouasses
Qu’il fût Qu’il eût Qu’il jouât
Que nous fussions Que nous eussions Que nous jouassions
Que vous fussiez Que vous eussiez Que vous jouassiez
Qu’ils fussent Qu’ils eussent Qu’ils jouassent
faire dire pouvoir
Que je fisse Que je disse Que je pusse
Que tu fisses Que tu disses Que tu pusses
Qu’il fît Qu’il dît Qu’il pût
Que nous fissions Que nous dissions Que nous pussions
Que vous fissiez Que vous dissiez Que vous pussiez
Qu’ils fissent Qu’ils dissent Qu’ils pussent

Pour conjuguer le subjonctif imparfait, le détour par le passé simple peut constituer une aide : je fus → que je fusse. Attention cependant à la troisième personne du singulier, la seule à ne pas se terminer par deux s (Que je fusse, Que tu fusses… ), mais par un t précédé d’un accent circonflexe sur la voyelle (Qu’il jouât, Qu’il fît, Qu’il pût).
Il ne faut pas confondre le passé simple (il joua, il fit, il put… ) avec le subjonctif imparfait (Qu’il jouât, Qu’il fît, Qu’il pût… ).

Pour l’éviter, voici comment l’on peut faire.

Soit la phrase suivante d’Alfred de Musset : Oui, cela serait drôle qu’il lui vînt cette idée.

Pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un subjonctif imparfait, il suffit de mettre cette phrase au présent.

On voit bien qu’on dit plutôt Oui, cela est drôle qu’il lui vienne cette idée que *Oui, cela est drôle qu’il lui vient cette idée. On a donc préféré un subjonctif à l’indicatif. Cette distinction de mode – évidente au présent – est la même à l’imparfait => c’est vînt avec un accent puisque c’est un subjonctif imparfait et non le passé simple de l’indicatif vint, sans accent.

De toute façon, après que est souvent suivi d’un subjonctif. D’ailleurs, personne ne dira : *Il faut qu’il fait ses devoirs mais Il faut qu’il fasse ses devoirs ! C’est la même chose à l’imparfait. On dit Il fallait qu’il fît ses devoirs et non *Il fallait qu’il fit ses devoirs.

0 Responses to “Les temps simples du subjonctif : présent et imparfait”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




octobre 2015
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

%d blogueurs aiment cette page :