Archive pour décembre 2018

Résolutions pour 2019 : florilège

sur une idée de Flore B.

J’essaierai d’être ZEN !!!

Je serai moins timide

J’aimerai que ma mère soit heureuse en 2019.

Je rangerai plus souvent ma chambre.

J’essaierai de ne plus me disputer avec ma soeur.

J’essaierai de passer moins de temps sur mon téléphone.

Je ne dirai pas tout ce que je pense.

J’irai au Japon.

J’essaierai de ne plus taper mon petit frère quand il m’énerve.

Je lirai plus de livres !

Je ferai mes devoirs tout seul.

 

Le secret de Victor Hugo « Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites… »

Le Secret, le poème que Marvin  prépare dans le film Marvin ou la Belle éducation d’Anne Fontaine : s’il réussit l’audition, il intègre la seconde théâtre du lycée d’Epinal.
dit par Delphine et Lise


Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites.

Tout peut sortir d’un mot qu’en passant vous perdîtes.

Tout, la haine et le deuil ! – Et ne m’objectez pas

Que vos amis sont sûrs et que vous parlez bas… –

Ecoutez bien ceci :

Tête-à-tête, en pantoufle,

Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,

Vous dites à l’oreille au plus mystérieux

De vos amis de cœur, ou, si vous l’aimez mieux,

Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire,

Dans le fond d’une cave à trente pieds sous terre,

Un mot désagréable à quelque individu ;

Ce mot que vous croyez que l’on n’a pas entendu,

Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre,

Court à peine lâché, part, bondit, sort de l’ombre !

Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin.

Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,

De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;

– Au besoin, il prendrait des ailes, comme l’aigle ! –

dit par Madina, Karen et Rinesa


Il vous échappe, il fuit, rien ne l’arrêtera.

Il suit le quai, franchit la place, et caetera,

Passe l’eau sans bateau dans la saison des crues,

Et va, tout à travers un dédale de rues,

Droit chez l’individu dont vous avez parlé.

Il sait le numéro, l’étage ; il a la clé,

Il monte l’escalier, ouvre la porte, passe,

Entre, arrive, et, railleur, regardant l’homme en face,

Dit : – Me voilà ! je sors de la bouche d’un tel.

-Et c’est fait. Vous avez un ennemi mortel.

BO du film Marvin ou la belle éducation

France Culture : Tristan et Iseut inspiré du travail de Joseph Bédier (1h26)

Tristan et Iseut

à partir d’une adaptation de Joseph Bédier (1 h 26)

https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=ae5b3d3c-028f-11e4-b7ab-782bcb73ed47

Réalisation : François Christophe

Adaptation : Hervé Prudon

Avec les élèves du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique

Tristan et Iseut Le Tristan et Iseut proposé ici s’inspire du travail de Joseph Bédier qui réunit à la fin du XIXe siècle des textes épars et anonymes du moyen-âge, joints à ceux du Normand Béroul et à ceux de Thomas d’Angleterre.

Tristan et Iseut est la légende fondatrice de l’amour courtois. L’histoire est connue. Orphelin, mais vaillant, Tristan de Loonois est recueilli par son oncle le roi Marc, et aussitôt haï par les barons de Cornouailles. Il accomplit des exploits guerriers et son oncle l’envoie chercher une fiancée au-delà des mers. Il revient d’Irlande avec Iseut la Blonde. Mais lors de la traversée, Tristan et Iseut ont bu pour leur malheur le philtre d’amour qui unit à jamais ceux qui le prennent. Dès lors, malgré leur fidélité au roi Marc, ils ne peuvent se défaire l’un de l’autre. Le roi lui-même, très juste, ne cesse de les rejeter et de les recueillir, tant il les sait loyaux. Mais les barons les persécutent et ils sont exilés, condamnés, ils souffrent de la faim et de la soif, de la séparation, pire que tout. Enfin Tristan s’éloigne pour préserver la reine et après une longue route il rencontre Iseut aux Blanches Mains, qui devient sa femme. Mais il tombe malade et son beau-frère part chercher Iseut la Blonde. Il la ramène trop tard, car la jalousie d’Iseut aux Blanches Mains empêche les deux amants de se revoir vivants.

Iseut meurt près du corps de Tristan. Leur amour leur survit dans les branches entrelacées de deux arbres plantés de part et d’autre d’une chapelle. Tristan avait beau être le plus vaillant des chevaliers, celui qui avait vaincu des géants et des dragons, et Iseut avait beau être reine et fille de roi, fière et loyale, l’amour était bien plus fort qu’eux. C’est cet amour que raconte le roman de Tristan et Iseut. Cet incurable amour.

La beauté du texte tient dans son extrême simplicité, malgré l’abondance des récits guerriers et des déclarations courtoises. Les situations redondantes ou inutiles ont été supprimées. Les dialogues sont nombreux, qu’il s’agisse de défis tonitruants ou de tendres aveux. Le langage y est une charmante reconstitution du langage moyenâgeux qui serait aujourd’hui illisible sinon par des médiévistes achevés. Enfin, il s’agit bien ici d’un vrai roman, riche en péripéties et en sentiments. Tout y est sublimé : la naïveté narrative, la bravoure, la loyauté, et l’amour. Et il n’est pas interdit d’y entendre quelque chose d’éternel.

Avec :

Leslie Bouchet

Julien Bouanich

Mélodie Richard

Maxime Dambrin

Ludmilla Dabo

Valentin de Carbonnières

Aurélie Nuzillard

Marie Marquis

Alix Riemer

Mathurin Voltz

Laure-Lucile Simon

Julien Barret

Astrid Bayiha

Julie Duclos

Anthony Boullonnois

David Houri

Bruitages : Patrick Martinache

Musique : Yann Ferry

Prise de son, montage et mixage : Pierre Mine, Philip Merscher

Assistante à la réalisation : Delphine Lemer

une carte


décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31