Archive pour 11 novembre 2019

écrire le début d’un conte

L'ogre qui avait peur des enfants

Sujet : A partir de cette image, imaginez le début d’un conte (situation initiale et première action) qui s’intitulera « L’ogre qui avait peur des enfants »

copies d’élèves

1) Jadis, vivait dans une grotte, un petit ogre craintif. Il avait peur des enfants au point de se cacher sans cesse. Ils adoraient le harceler et se moquer de lui : ils lui jetaient des œufs à la tête et le poussaient dans la boue en criant « T’es une poule mouillée, t’es une poule mouillée ». Il retournait aussitôt se réfugier chez lui.

Un jour, le prince du village voisin passa par là et le vit se recroqueviller au centre d’une horde de garnements déchaînés. Il devina sa détresse et décida de lui venir en aide.

2) Il était une fois une pauvre petite femme qui eut pour enfant un ogre rondouillard à petite tête joufflue. Il s’appelait Igor mais on le surnommait partout le Peureux. Il habitait dans une maison délabrée au cœur d’un tout petit village. Les enfants ne voulaient pas jouer avec lui. Ils le trouvaient gros et bête et le lui répétaient sans cesse. Il restait enfermé chez lui. Il avait peur d’eux et n’en pouvait plus de se sentir humilié.

Mais un jour que le vent soufflait très fort, un cerf-volant passa au-dessus de la murette du jardin et se posa dans l’herbe. Une petite fille passa par le portillon entrouvert, longea l’allée de gravier et avança sur la pointe des pieds. Au moment où elle se baissait pour prendre le cerf-volant, l’ogre sortit cueillir des fraises. Il la vit. Leurs regards se croisèrent et pour la première fois l’ogre n’eut pas peur.

3) Il était une fois une pauvre paysanne veuve qui avait pour unique enfant un ogre. Ils vivaient tous les deux, à la lisière de la forêt, dans une vieille cabane délabrée. Tout le monde le surnommait Victime mais en réalité, il s’appelait Jean. Il était laid, tout petit et très gros. Il détestait prendre le bain, donc il ne sentait pas vraiment bon. Ses chaussures étaient trouées et son pantalon trop petit déchiré. Il était une proie facile pour ses camarades. Quand il arrivait à l’école, les enfants le bousculaient, lui tiraient les cheveux et lui crachaient dessus. Parfois, ils dansaient en rond autour de lui en criant « Tu pues… Tu pues ». Sa mère ne se rendait compte de rien.

Un jour il alla voir sa mère. Il lui expliqua tout. Elle lui conseilla de ne pas se laisser faire. Fort de son soutien et soulagé d’avoir parlé, il se posta à l’entrée de l’école primaire et prit un air menaçant. Il tenait son grand couteau à la main.

 

 


novembre 2019
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives