écrire une scène pour le théâtre

Emma et Capucine de L. SAYAPHOUM et J. HAMON publié chez Dargaud

Consigne : Observez soigneusement cet extrait de BD et transformez-le en scène pour le théâtre. Ajoutez quatre répliques dont une tirade. Trois didascalies au moins.

Dialogue
-Tu es dure avec Emma, tu sais.

-Bien sûr que je suis dure ! Tu crois que les examinateurs vont être tendres avec elle, peut-être ?

fin de scène : entrée ou sortie d’un personnage

didascalies : suggestions d’élèves, elle doivent rendre l’ensemble plus visuel =>

LE PERE – LA MERE

posant sa tasse de café -se tournant vers son mari -posant ses mains sur le plan de travail -s’adossant au plan de travail -levant les yeux au ciel-le ton monte-hurlant -lui tournant le dos -avec un soupir -haussant les épaules -se faisant couler un café-en claquant la porte -en tournant les talons -elle laisse tomber ses fraises -plaçant délicatement une dernière fraise sur la tarte -se penchant sur sa tarte- Emma entre dans la cuisine -Emma apparaît-Emma sur le seuil de la porte, ses parents ne la voient pas – sortant – quittant la pièce

A partir de copies d’élèves

Copie 1

La scène se déroule dans la grande cuisine lumineuse. Un homme, tasse de café à la main, adossé à une grande baie. Une femme penchée sur le plan de travail. Elle prépare une tarte aux fraises

LE PERE : Tu es dure avec Emma tu sais.

LA MERE (Penchée sur son gâteau ) : Bien sûr que je suis dure ! Tu crois que Ies

examinateurs vont être tendres avec elle peut-être ?

LE. PERE : Je sais ! Mais tu ne la lâches plus ! Tu la fais travailler sans cesse, elle est fatiguée. Le week-end, tu l’empêches de voir ses amies, de faire du shopping, aller au cinéma ou manger une glace avec elles ! La vie d’une jeune fille de son âge, quoi ! Et tout ça, pour réviser son instrument, encore et encore !

LA MERE (en se tournant vers son mari) : Imagine si elle n’était pas prise au conservatoire supérieur de Lyon ? Elle aurait travaillé douze longues années pour rien ! Tu n’y penses pas, ce serait un véritable désastre !

LE PERE : Évidemment que, comme toi,  je veux qu’elle soit prise ! Mais tu crois vraiment que c’est une  vie ? Dès qu’elle rentre du lycée alors qu’elle vient de faire  trois quarts d’heure de bus, tu la fais travailler au moins deux heures ! Et ensuite les devoirs, parce que, oui ! il y a aussi le lycée, le bac, tout à faire suivre en même temps. Sa moyenne générale a chuté de trois points !

LA MERE : Je sais tout ça mais son concours a lieu dans deux mois à peine, on y est, c’est la ligne d’arrivée, il faut juste serrer encore un peu les dents ! Elle n’est pas tout à fait prête, elle fait des erreurs, elle n’est pas concentrée…

LE PERE : C‘est normal, elle est fatiguée. Épuisée même ! Tu as vu sa mine ? Elle se couche tous les soirs à vingt-trois heures pour se lever à cinq heures trente le matin.

LA MERE : Stop, tu ne comprends décidément rien de la rigueur du monde dans lequel elle veut entrer,  je ne veux plus de t’entendre ! II faut qu’elle réussisse, un point c’est tout !

LE PERE (il pose violemment sa tasse sur le plan de travail et sort  en claquant la porte) : C’en est trop, laisse-la tranquille ou nous courons à la catastrophe. Ce ne sera pas faute de t’avoir prévenue.

Copie 2

La scène se déroule dans une cuisine moderne lumineuse, ouverte sur le salon. Un plan de travail face au spectateur. Une cafetière sur le plan de travail. Un couple côte-à-côte. Leurs regards ne se croisent pas. Un silence.

LE PERE – (une tasse de café à la main, regardant fixement sa femme dans les yeux). Tu es dure avec Emma tu sais.

LA MERE – (préparant une tarte aux fraises) : Bien sûr que je suis dure ! Tu crois que les examinateurs vont être tendres avec elle peut-être ?

PERE- (montant le ton) Elle est déjà assez dure avec elle-même. Le piano demande beaucoup de travail. Nous voulons tous qu’elle réussisse mais ce n’est pas la meilleure façon de l’aider.

MERE- (se tournant vers son mari) Tu ne comprends pas, toi ! Ma grand-mère, mes parents, ma sœur et moi, nous avons tous passé et gagné ce concours et nous avons tous fait le conservatoire de Paris. Si elle échoue, tu ne te rends pas compte, c’est l’honneur de notre famille qui est en jeu ! Et que vont penser le directeur de notre conservatoire, les musiciens de mon orchestre ? Emma ne travaille pas suffisamment, c’est tout !  En plus, elle se disperse ! Je viens de découvrir qu’elle s’est inscrite à des cours de danse contemporaine ! C’est vraiment n’importe quoi ! Plus tard, je ne dis pas… mais à un mois du concours, ou c’est de l’inconscience ou c’est de la provocation !

PERE – (reposant violemment sa tasse sur le plan de travail) Si elle préfère la danse, c’est son choix, respecte-le !

MERE- (hors d’elle) Elle n’abandonnera pas la musique ! Elle sera pianiste à l’orchestre national de France et elle jouera dans le monde entier ! (elle martèle le plan de travail de ses poings) Dans ma famille c’est comme ça et pas autrement !

Emma entre dans la cuisine,  ses parents se taisent.

0 Responses to “écrire une scène pour le théâtre”



  1. Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




février 2020
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Archives


%d blogueurs aiment cette page :