Archive for the 'cinquième' Category



« Les mots s’envolent » : l’exposition

5242AED8-5534-4AF8-AC91-5DA767DFC091.jpeg

Ce diaporama nécessite JavaScript.

502E7762-04CF-4AEE-902E-BAABF55E684911A5368C-7427-40CE-B732-2DBC32EC6B43

transformer trois vignettes de BD en page de roman

voir aussi ici (repris)

ecriture-image-moine-hiver

Sujet : observez avec soin ces trois vignettes =>notez les indications qu’elles vous fournissent sur le personnage, les lieux, l’époque, le moment et le temps qu’il fait.

2A989D9D-7F06-47F0-9320-16D3B7277D7B

Racontez l’épisode par écrit en utilisant les indications que vous avez notées.

Faites votre récit à la troisième personne et au passé.

Observez, prendre des notes et construire une boîte à mots collective au tableau

un pélerin qui avance/ des maisons en ruines/ toits de chaume éventré percé/ vieilles masures -chaumières / un hameau abandonné / l’hiver/ un grand manteau/un corbeau / une grosse branche morte /une forêt /un sentier/ des arbres tombés/une clairière / la lisière d’un bois

un moine ? tonsure, un baluchon, des provisions ? une couverture roulée sur les hanches

vent glacial, soulever les pans de son manteau, sa cape, sa pélerine -ou encore une houppelande

une barrière

un ruisseau une soutane / un manteau / un bâton ou bourdon

la tonsure du moine : retour d’un couvent ? de croisade ? en visite à ses parents ?

à partir de copies d’élèves

       Dans les premiers jours de l’hiver 1110, un vieux moine marchait en direction de son village d’enfance. Le vent tourbillonnait et soulevait sa grande soutane noire. Il grelottait. En sortant de la forêt, à sa grande surprise, il aperçut un village sombre aux maisons en ruines, enfouies sous la neige. Il reconnut à peine celui, heureux et joyeux, de ses souvenirs. Un corbeau perché sur une vieille souche veillait sur ce paysage désolé.

     Soudain, comme s’il était la dernière âme de ce lieu ténébreux, il s’envola. Pourquoi la maison de son père avait-elle tant souffert ? Un grand trou béait dans sa toiture. Il s’approcha et cria :

     – Holà ! y-a-t-il quelqu’un ?

C745AEC5-1CC4-4697-8DD4-9D74073A2243
     En 1042, dans les temps lointains du Moyen-Age, un jeune moine copiste revenait dans sa maison d’enfance après un long pèlerinage vers Jérusalem. Il était arrivé par un matin particulièrement glacial, en plein hiver. Le sol était recouvert d’une épaisse couche de neige gelée qui crissait sous ses pas. Les arbres dénudés tendaient leurs branches vers le ciel gris. Il portait une vieille soutane usée par le temps, de vieux sabots en bois et un bâton qui lui servait de canne. Toute sa fortune tenait dans un baluchon accroché au bout : un quignon de pain et un peu de fromage. Il était épuisé de son long voyage à travers montagnes et plaines et gelé par le vent qui lui sifflait aux oreilles.
     Soudain, il aperçut au loin la maison. Sa maison. Devant lui, posé sur un arbre mort, un corbeau semblait le guetter. Il s’envola à son approche. Notre jeune moine poursuivit sa route, traversa un ruisseau et poussa une barrière. Enfin ! il était chez lui mais pas un signe de vie. Pourquoi la maison de son père avait-elle tant souffert ? Le toit s’était effondré, ce n’était plus qu’une ruine. Il s’approcha et cria :
     – Holà ! Y-a-t-il quelqu’un ?
     Seul le vent lui répondit. Il ne restait plus que lui et sa peine.
96781B49-62FC-498B-A547-BE0E94A4B15C
         Par un jour glacial de l’hiver 1112, un moine s’empressait de retrouver les siens. Ils habitaient par-delà mers, montagnes, plaines et forêts au bout d’un long chemin, dans un hameau perdu sur une petite clairière enneigée. Des nuages cachaient les derniers rayons de soleil, le jour s’achevait et le froid qui devenait mordant, achevait de déshabiller les arbres. Un corbeau, perché sur un arbre mort, contemplait le morne spectacle hivernal. Des maisons dévastées, des toits éventrés. L’homme, envahi par un sentiment de mort et de sombres pressentiments, regardait ce paysage qui lui blessait le cœur. Seul le vent murmurait à son oreille. Il s’approcha des ruines. Que s’était-il donc passé ?
     Soudain, ses propres paroles percèrent le silence.
     – Holà ! Y-a-t-il quelqu’un ?
 4DB66634-6F5B-4690-A6F1-7C09A4CD05DE

« à livre ouvert » : une installation en cours

quand mots et images s’envolent

et caviardages à la manière de Lucien Suel

B57E6C11-19DE-4A13-B442-6F03E007FDF5F1954837-F644-4B27-B80C-D900407BED92

Sans E, hommage à Georges Perec à l’aide de caviardages textuels à la manière de Lucien Suel

Photo 25-04-2018 10 20 48

cliquer sur l’image, pour entendre la lecture des courts textes obtenus

georges-perec-1_5608925

Georges Perec

si vous cliquez sur l’image, Georges PEREC présente son dernier livre, « La disparition », expliquant la manière dont il a travaillé.

fabliaux mis en scène au CDI

Farces et fabliaux du Moyen-Age adaptés pour le théâtre par Robert Boudet ; traduits par Christian Poslaniec à L’école des Loisirs

programme

Estula (improvisation)

un extrait de La farce de Maître Pathelin

Le Dit des Perdrix

La housse partagée

Brunain, la vache du prêtre

générale à 10 heures, première à 11 heures, une seconde et troisième représentation à 14 heures et 15 heures puis buffet organisé par « la troupe ».

en images

 

 

caviarder avec Lucien Suel (2)

Photo 28-03-2018 10 21 07

Lucien Suel pratique le caviardage : dans ce jeu littéraire, il biffe les mots d’un texte imprimé afin d’obtenir un autre texte et un autre sens.

Photo 22-03-2018 10 59 41

Le texte obtenu, un palimpseste,  porte les traces du texte précédent.

Ainsi, le poème Express N°00363, affiché dans la rue, s’inscrit dans le paysage urbain et devient un poème visuel, une forme de street-art.

Lucien Suel

Sur l’affiche raturée, quelques mots :

Nous n’allons pas passer notre vie

Nous avons autre chose à faire.

C’est merveilleux !

travaux d’élèves, chacun dispose du même texte de départ

Photo 28-03-2018 10 23 43

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

caviarder avec Lucien Suel (1)

Photo 28-03-2018 10 23 00

Lucien Suel pratique le caviardage : dans ce jeu littéraire, il biffe les mots d’un texte imprimé afin d’obtenir un autre texte et un autre sens.

Photo 27-03-2018 11 16 42

Le texte obtenu, un palimpseste,  porte les traces du texte précédent.

Photo 22-03-2018 11 01 03

Ainsi, le poème Express N°00363, affiché dans la rue, s’inscrit dans le paysage urbain et devient un poème visuel, une forme de street-art.

Lucien Suel

Sur l’affiche raturée, quelques mots :

Nous n’allons pas passer notre vie

Nous avons autre chose à faire.

C’est merveilleux !

travaux d’élèves, chacun dispose du même texte de départ

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

quelques textes

                                     ne pas penser

que tout se passe bien

                               je n’y crois pas

                                            vraiment

Maja C. L.

                                           ne pas penser

ne pas faire marche arrière

tout se passe bien

sais pas pourquoi

croiser les doigts

                                  pas m’interrompre

                                                                                          repartir à zéro

                                                                                                                                   Dalva D

J’essaie de ne pas penser à ce qui m’attend pour ne pas faire marche arrière

je répète mon petit rituel

Tout ça me fait

tenir  le temps

Eulalie R.

CHAQUE MATIN

je répète mon petit rituel

tout se passe bien

je finis par avoir l’impression que

je dois repartir à zéro

trop mal au bide

LUCIEN SUEL et…………….. ?

 

 

 


mars 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031