Posts Tagged 'Charles Perrault'

La Barbe bleue, quelques extraits (suite et fin)

La Barbe Bleue, extraits

Barbe bleue de Charles Perrault : à vos crayons !

et pour Le château de Barbe bleue de Bela Bartok, festival d’Aix, Pina Bausch, Pierre Boulez, un extrait ici

février_115février_116février_113  février_117

Contes du miroir Yak Rivais

version intégrale du conte de Charles Perrault ici

janvier_23Les contes du miroir de Yak Rivais

Réécriture de contes connus avec chaque fois une contrainte, nouvelle  occasion pour Yak Rivais de partager son humour et son esprit facétieux.

Le franglais

Le jeu consiste à placer dans chaque phrase au moins un mot d’anglais couramment employé dans la langue française.

Barbe-Bleue

Il était une fois un play-boy a la barbe bleue qui épousa une jeune pin-up. Cette pin-up avait un peu peur de son mari car il avait un look généralement sombre et mystérieux. Dans les garden-parties et cocktails mondains, les mauvaises langues disaient qu’il avait été marié déjà six fois, mais qu’on ne savait pas ce que ses femmes étaient devenues.

Un week-end, Barbe-Bleue dit à son épouse :

– Darling, je dois aller à un meeting- international prendre la parole sur des problèmes de marketing. Je te laisse les clés du loft. Et parmi celles-ci, voici une clé spéciale qui ouvre une kitchenette secrète que je t’interdis de visiter.

La-dessus, Barbe-Bleue embrassa sa femme en disant « I love you, baby »  et il s’en alla en break à la ville.

Des qu’il eut tourné les talons, sa femme qui était curieuse speeda ouvrir la kitchenette. Elle manqua tomber knock-out a la vue du spectacle qu’elle découvrit ! En effet, les cadavres des six premières épouses de Barbe-Bleue étaient la, entassés comme dans un western ou un thriller. La jeune femme effrayée en laissa tomber la clé dans le sang rouge comme de la sauce ketchup. Mais elle eut beau ensuite laver avec du white-spirit la clé tachée, elle ne réussit pas a effacer les traces de sang, car c’était une clé magique.

Et justement, Barbe-Bleue faisait un come-back parce qu’il avait oublié quelque chose.

– Je suis revenu, dit-il, car j’ai oublié mon attache-case.

janvier_24

dédicace improvisée à Frissons à Bordères (2007)

Alors il remarqua que sa femme était si troublée qu’elle était au bord du break-down. Et, à la voir si peu cool, il devina qu’elle avait ouvert la kitchenette !

– Okay, dit-il, rends-moi mes clés !

-Je les ai laissées dans le living-room ! balbutia la malheureuse femme affolée.

– Va les chercher, exigea Barbe-Bleue de sa belle voix de crooner.

La femme grimpa vite au sommet du building. Elle rencontra sa sœur à la sortie du lift.

– Anne ! lui demanda-t-elle. Regarde par le bow-window si tu vois nos frères arriver!

Or elle attendait ses frères qui étaient militaires et servaient dans les tanks. Anne se mit aussitôt à scruter la campagne avec un zoom. Pendant ce temps, en bas, Barbe-Bleue trompait son impatience en buvant un whisky on the rocks.
– Baby! cria-t-il. Si tu ne descends pas, je vais monter te chercher et je te transformerai en hamburger!

La pauvre femme s’affolait et pleurait tellement que le make-up de ses yeux fondait et coulait sur ses joues.

– Anne, sister Anne, ne vois-tu rien venir ? criait-elle.

– Je ne vois que l’herbe qui verdoie sur le green du golf à côté de chez nous, répondait la sœur parfaitement relaxe.

D’en bas, Barbe-Bleue hurlait qu’il allait transformer sa femme en porridge.

– Anne, sister Anne, implorait la malheureuse, ne vois-tu rien venir, please ?

– Je vois une jeep qui roule sur la route ! Elle est pleine de boys de l’US Army!

Cependant, Barbe-Bleue, énervé, ouvrit son grand bowie-knife et grimpa l’escalier pour aller trancher la gorge de sa femme.

– Kiss me, et fais tes prières ! lui dit-il.

Mais les frères arrivaient avec des soldats, browning au poing. Ils lui tirèrent dans le ventre une quinzaine de balles dum-dum, et l’affreux mari à la barbe bleue tomba sur le plancher.

La femme de Barbe-Bleue se jeta dans les bras de ses frères en disant thank you. Plus tard, avec les dollars de son mari, elle leur acheta des grades de capitaine à la NASA. Puis elle épousa un joyeux hippie qu’elle aimait depuis longtemps et qui jouait de le la guitare dobbro dans les snacks. C’est comme ça que l’histoire s’achève en happy end. That’s all, Folks !

à partir d’un extrait du Chaperon Rouge Ch Perrault

Les filles de l’ogre deviennent des filles de fées ou comment passer d’un portrait péjoratif à un portrait mélioratif.

« L’Ogre avait sept filles, qui n’étaient encore que des enfants. Ces petites ogresses avaient toutes le teint fort beau, parce qu’elles mangeaient de la chair fraîche, comme leur père ; mais elles avaient de petits yeux gris et tout ronds, le nez crochu, et une fort grande bouche, avec de longues dents fort aiguës et fort éloignées l’une de l’autre. Elles n’étaient pas encore fort méchantes; mais elles promettaient beaucoup, car elles mordaient déjà les petits enfants pour en sucer le sang. »

Les filles de fées avaient de magnifiques yeux en amande d’un châtain éblouissant. Elles avaient un nez bien fait, ni trop grand, ni trop petit. Leur bouche était fine et quand elles souriaient, on pouvait apercevoir de magnifiques dents de lait. Ces filles étaient resplendissantes et gentilles. Elles promettaient de devenir encore plus belles avec le temps.

Les filles de fées avaient de grands yeux bleus, pareils à la couleur d’un lac, le nez tout rond et une belle petite bouche rose avec de petites dents bien alignées. Elles étaient douces et gentilles, leur sourire répandait la gaieté et leurs ailes étaient pétillantes de couleur.

Les filles de fées avaient de très jolis yeux bleus qui brillaient comme des diamants, un tout petit nez recouvert de taches de rousseur et une bouche merveilleusement rose. Elles avaient de petites dents qui ressemblaient à des perles blanches. Elles étaient douces et gentilles et aimaient beaucoup les enfants.

Les filles de fées avaient de très jolis yeux bleus qui brillaient, le nez retroussé et fin, une petite bouche dont la dentition était parfaite. Elles étaient déjà très douces et gentilles avec leurs enfants.Les filles de fée avaient toutes le teint for beau parce qu’elles mangeaient de bons légumes frais du jardin de leur père ; elles avaient aussi de magnifiques yeux étincelants, un nez petit et rond, un sourire radieux déposé sur leurs lèvres. Quand elles ouvraient leur bouche on apercevait de belles dents aussi blanches que la neige. Elles étaient douces et gentilles. Plus tard, elles deviendraient de belles et gentilles jeunes filles.


septembre 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930