Posts Tagged 'dire'



Fabrice Lucchini dit La Poule aux oeufs d’or de Jean de La Fontaine

 émission Répliques par Alain Finkielkraut, sur France Culture du 6 mai 2017

La Poule aux oeufs d’or

de Jean de La Fontaine

L’avarice perd tout en voulant tout gagner.

Je ne veux, pour le témoigner,
Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable,
Pondait tous les jours un œuf d’or.
Il crut que dans son corps elle avait un trésor.
Il la tua, l’ouvrit, et la trouva semblable
A celles dont les œufs ne lui rapportaient rien,
S’étant lui-même ôté le plus beau de son bien.

Belle leçon pour les gens chiches :
Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches ?

vernissage objets-poème au CDI

petit inventaire

une trousse avec stylo poème, bâton de colle poème, calculette poème, deux fleurs poème, un théâtre poème, chaque personnage dit un poème à l’autre, les éditions Dyslexique, les éditions Unique, des carnets, des secrets qui se déplient, se déroulent, une mini bibliothèque aux mini livres poème, un parchemin qui fleure encore bon le café « J’ai pris des feuilles oubliées dans le hangar et je les ai aspergées« , un serre-poèmes éponge, des pliages, dix œufs poèmes écrits en plein air, un nid à poèmes, la ville des poèmes sans couleurs et sa cabine téléphonique, le bus 666, attention ! on n’en revient pas, une lettre aux poèmes, une maison poème, un litre de poèmes à consommer sans modération, une boîte à mouchoirs, non ! à poèmes,  Victor Hugo le poète plébiscité parmi Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Guillaume Apollinaire, Un jour je partirai... souvent repris à haute voix dans la lecture de son texte préféré, des pensées s’envolent alors vers Robin au Mexique pour six mois, il a commencé ce travail avec nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

tirage au sort : à trois présenter son projet, dire le poème mis en exergue, dire son texte préféré

Ce diaporama nécessite JavaScript.

et le buffet : rien ne manquait !

18 décembre, petit spectacle franco-allemand puis goûter

DSCN8818


Et un sourire Paul Eluard

Super-Gnognotte Fanny Joly

Molière :
L’Avare : le monologue d’Harpagon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

                 "Rends-moi mon argent, coquin !"

Le Médecin malgré lui (4 extraits)
Les Précieuses Ridicules (1 extrait) 

chants allemands

DSCN8824
Le procès du neveu Gianni Rodari

Marivaux : Le jeu de l’Amour et du hasard (2 extraits) 

Pour le meilleur et pour le rire Fanny Joly

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alfred de Musset On ne badine pas avec l’amour (tirade de Perdican)
 
Art Yasmina Réza en français et en allemand

Edmond Rostand Cyrano (scène du balcon)

Ça fait peur J-Michel Ribes

Ce diaporama nécessite JavaScript.


sketch en allemand

Et un sourire Paul Eluard

Quatre jours à Sos del Rey Catolico avec des cinquièmes

image

cliquer sur l’image pour découvrir un petit film souvenir

Des cinquièmes présentent un livre à deux, trois ou quatre… ou seul !

Alexandre, Martin et Luc évoquent Michel Strogoff de Jules Verne (interview imaginaire de Michel Strogoff à partir de la troisième minute)

Romain et Baptiste présentent Le Grizzly de James Oliver Curwood

Zazie, Sophie et Magali présentent Les filles au chocolat, Coeur cerise (tome 1) de Cathy Cassidy

Margot et Elise présentent Kiss de Jacqueline Wilson

Victor, Pierre-Louis et Adam présentent Percy Jackson de Rick Riordan

Félix, Maxime, Léos et Louis présentent Les Autodafeurs (T 1) Mon frère est un gardien de Marine Carteron, lire critique de Ricochet ici

Lucas et Wassim présentent Le Grizzly de J. O Curwood, pas de lectures d’extraits mais un journal et le direct d’un jeune journaliste depuis le salon du livre de Londres, une page publicité pour la manifestation paloise Un aller-Retour dans le noir et une interview de l’auteur.

Argan présente, lui aussi, Le Grizzly de J. O. Curwood

Soraya et Marguerite présentent Adam et Thomas d’Aharon Appelfeld

Julie, Vanessa et Mina présentent Entre chiens et loups de Malorie Blackman

Clara présente Adam et Thomas d’Aharon Appelfeld

Liste de livres proposés pour ce travail
Le Grizzly John Curwood
Robinson Crusoé D. Defoe
Vendredi ou la vie sauvage M. Tournier
L’ancre de la miséricorde Pierre Mac Orlan
Michel Strogoff (voir aussi dans livre de lecture) J. Verne
L’île mystérieuse J. Verne
Mon bel oranger J. M. de Vasconcelos

Le Pays où l’on n’arrive jamais André Dhôtel
Terrienne J-Cl Mourlevat
Maïté Coiffure M-A Murail
Qui es-tu Alaska ? John Greene
Entre chiens et loups Malorie Blackman
Adam et Thomas par Aharon Appelfeld (L’Ecole des loisirs)
Le livre de Perle par Timothée de Fombelle (Gallimard jeunesse)
Suivez-moi jeune homme de Y. Hassan
Humains par Matt Haig (Hélium)
La série Vango de T. De Fombelle
Percy Jackson de R. Riordan
La trahison / Maya Snow ; traduit de l’anglais par Alice Marchand ( Série Les filles du samouraï)
Les autodafeurs. 1, Mon frère est un gardien / Marine Carteron

Sweet Sixteen de Annelise Heurtier

Un jour j’irai chercher mon prince en skate de Jo Witek
Ma vie selon moi Le jour où tout a commencé (T 1)Sylvaine Jaoui
Le journal d’Aurore M. Desplechin
Les filles au chocolat Cœur Cerise (tome 1) Cathy Cassidy
Kiss de J. Wilson

Les Trois Pétendants de Kama Kamanda

2014-12-04 15.30.48

cliquer sur l’image pour entendre la lecture faite par Marine, Juliette N., Louise, Florelle, Kawthar, Oxane, Arthur, Imane et Juliette P.

Contes explicatifs

2014-12-17 11.35.57

cliquer sur l’image pour entendre les titres proposés

Ce diaporama nécessite JavaScript.

jouer la scène de la rencontre entre Aucassin et Nicolette

Aucassin et Nicolette

(article extrait de l’ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures« )

Œuvre parodique de la première moitié du XIIIe siècle, qui retrace les amours contrariées de deux adolescents, Aucassin, fils du comte de Beaucaire, et Nicolette, esclave sarrasine, en mêlant les registres, en empruntant formules et motifs aux chansons de geste et aux romans et en s’inspirant de la diversité des chansons lyriques. L’inversion des caractères masculins et féminins, la mise à mal de l’univers courtois, la confusion des valeurs chevaleresques et bourgeoises, chrétiennes et païennes, le monde à l’envers de Torelore*  font tout l’humour, voire le burlesque, de cette « chantefable », terme utilisé par l’auteur pour désigner le genre de son ouvrage (genre dont on ne connaît aucun autre exemple), où des strophes assonancées conçues pour être chantées alternent avec des passages en prose destinés à la lecture. Coupé en outre par de constants monologues et dialogues, ce récit demeure inclassable.

*(ou Turelure dans d’autres traductions)

falke3-1cliquer sur l’image pour entendre l’extrait dit par Maxime et Magali

un seul manuscrit médiéval contient le texte de Aucassin et Nicolette, le manuscrit français 2168, conservé à la Bibliothèque nationale de France (source wikipédia, voir tout l’article ici)

l’amour courtois : source wikipédia => extraits
La tradition de l’amour courtois a été florissante dans l’Europe médiévale, notamment en Occitanie et dans le Nord de la France à partir du XIIe siècle grâce à l’influence de protectrices comme Aliénor d’Aquitaine et Marie de France, la comtesse de Champagne et mécène de Chrétien de Troyes (cf. Lancelot ou le Chevalier de la charrette).

(…)

Il existe différentes écoles quant à l’interprétation de l’amour courtois. Il désigne l’amour profond et véritable que l’on retrouve entre un prétendant et sa dame. Au Moyen Âge, on lui attribuait certaines particularités courantes : l’homme doit être au service de sa dame, à l’affût de ses désirs et lui rester inébranlable de fidélité. C’est un amour hors mariage, prude sinon chaste et totalement désintéressé, mais non platonique et ancré dans les sens et le corps autant que l’esprit et l’âme. L’amoureux, dévoué à sa Dame était, normalement, d’un rang social inférieur, il était un noble de première génération en passe de conquérir ses titres de chevalerie.

Le sentiment de l’amant est censé s’amplifier, son désir grandir et rester pourtant en partie inassouvi. Il s’adresse souvent à une femme inaccessible, lointaine ou d’un niveau social différent de celui du chevalier. Elle peut feindre l’indifférence. On nommait ce tourment, à la fois plaisant et douloureux joï (à ne pas confondre avec « joie »).

(…)

Pour Georges Duby, il ne faut cependant pas voir dans l’amour courtois une promotion de la femme : c’est un jeu masculin, éducatif, où les jeunes hommes, pas encore mariés (les jovenes, les jeunes, comme Henri le Jeune, pas encore établis), maîtrisent leurs pulsions et leurs sentiments, comme ils apprennent à maîtriser leur corps dans un tournoi (ce qui n’exclut pas qu’ils laissent libre cours à leur libido avec des femmes de rang inférieur). De plus, la femme est une proie ; celle qui est la cible de l’amour courtois des jeunes est souvent l’épouse du suzerain, qui la donne en enjeu. Les jeunes cherchent à séduire la dame pour mieux plaire à leur seigneur, mais aussi pour mieux se différencier du peuple vulgaire, et des bourgeois, qui peuvent les concurrencer financièrement, mais pas culturellement.

voir aussi ici L’amour au Moyen-Age inséré dans un « livre numérique » d’Aucassin et Nicolette

Jeudi 15 mai : spectacle et goûter à la maison de retraite voisine

2014-03-26 16.25.45 2014-03-26 15.35.27 2014-03-26 15.36.47 Première prise de contact, un mercredi après-midi de février.

La maison de retraite organise un loto, mêlant anciens et élèves. Chacun de nous a apporté gâteaux, crêpes et merveilles pour le goûter qui suit.

2014-05-15 14.43.24 2014-05-15 14.45.13et jeudi 15 mai, spectacle !

Tout commence en chansons !

Programme illustré offert à l’arrivée :

En textes et chansons, d’une morale à l’autre

Chanson : Chanter pour ceux (M. Berger)

1) Une courte pièce de Georges Feydeau Les fiancés
2) Cinq fables de Jean de La Fontaine

Le corbeau et le renard
La cigale et la fourmi
Le lion et le rat
Le lièvre et la tortue
Le laboureur et ses enfants

Chanson : Je n’aurai pas le temps… de Michel Fugain

Deux fabliaux : courtes histoires d’auteurs anonymes du Moyen-Age. Elles faisaient rire à la veillée.

Estula 
La couverture partagée

Par toute la classe, à partir d’un collage d’extraits de fables de Jean de La Fontaine          

  • Testament à la mode de La Fontaine d’Hervé Le Tellier

Chanson : un pot-pourri de chansons de Nino Ferrer

2014-05-15 14.28.23 2014-05-15 14.28.09 2014-05-15 14.25.22 2014-05-15 14.25.59puis applaudissements, remerciements et goûter.

Échanges.

2014-05-15 15.19.50 2014-05-15 15.19.41 2014-05-15 15.19.00

Mathieu, Carlos et Valentin lisent un extrait de la Genèse : la tour de Babel

Cornelis Anthonisz, La destruction de la Tour de Babel (1547), copyright Bibliothèque royale de Belgiquecliquer sur l’image pour entendre Mathieu, Carlos et Valentin

Sur la gravure du Hollandais Cornelis Anthonisz (XVIe siècle), l’intensité dramatique est à son comble : on assiste au moment où la tour est en train de s’écrouler sous l’effet d’une tempête divine. L’œuvre est très didactique – une banderole est déroulée, dont le texte condamne la vanité de l’œuvre. Il s’agit ici d’une métaphore de la Rome pécheresse, l’artiste flamand s’inspirant du Colisée pour représenter la tour.

Au XIXe, dans cette illustration de la Bible, Gustave Doré fait de la sombre tour de Babel frappée par la tempête l’image du destin implacable venant anéantir l’effort des hommes. Mais ce qui domine l’image, c’est la dramatisation du groupe humain, au premier plan. Le désespoir de ce personnage aux bras levés au ciel est celui de l’humanité toute entière, confrontée à des forces qui la dépassent.

lire ici pour plus d’informations et images (où ont été puisés les deux images et textes ci-dessus, au CNDP/CRDP de l’académie de Paris

le texte :

[1] Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots.
[2] Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent.
[3] Ils se dirent l’un à l’autre: Allons! faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de ciment.
[4] Ils dirent encore: Allons! bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.
[5] L’Éternel descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils des hommes. [6] Et l’Éternel dit: Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c’est là ce qu’ils ont entrepris; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu’ils auraient projeté.
[7] Allons! descendons, et là confondons leur langage, afin qu’ils n’entendent plus la langue, les uns des autres.
[8] Et l’Éternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre; et ils cessèrent de bâtir la ville.
[9] C’est pourquoi on l’appela du nom de Babel, car c’est là que l’Éternel confondit le langage de toute la terre, et c’est de là que l’Éternel les dispersa sur la face de toute la terre.

octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives