Posts Tagged 'écrire'

écrire à partir d’une BD : Ulysse, adaptation libre de Sébastien Ferran

BD Ulysse

Ulysse, adaptation libre de Sébastien Ferran

Sujet : observez la page de BD ci-dessus affichée au tableau numérique  => notez les indications qu’elles vous fournissent sur les personnages, les lieux, l’époque, le moment de la journée et le temps qu’il fait

    Transformez-la ensuite  en page de roman : utilisez les indications que vous avez notées.

Rapportez directement les paroles en respectant les  règles de présentation du dialogue.

observer l’image : constituer une boîte à mots
une falaise- Ithaque- un porcher- la mer- une pauvre masure perchée au sommet d’une colline, une fenêtre éclairée, trois hommes…- un enclos -Ulysse accoudé à la fenêtre – Télémaque au visage de jeune dieu – le porcher Eumée, les cochons dans l’enclos- un feu- la fumée- servir un pichet de vin – Ulysse aux mille ruses,- l’avisé Ulysse, un croissant de lune, etc.

verbes de parole : soupirer, protester, poursuivre, ajouter, déclarer, etc.
adverbes : rageusement, violemment, etc.
montrer : en se tournant vers la fenêtre, se redressant fièrement, se campant sur ses jambes, en servant à boire, en tapant la table du poing, il les dominait de sa haute taille, etc.

5 mns devant son brouillon puis lecture à haute voix des trois premières phrases : des idées et aides pour mieux commencer son devoir

Une certaine, une grande agitation-effervescence régnait dans la demeure du fidèle porcher / chez Eumée, le fidèle porcher…

Un soir alors qu’un croissant de lune brillait dans le beau ciel d’Ithaque, trois hommes…

Dans l’enclos, les cochons sommeillaient/grognaient…

Le ciel rougeoyait. Le soleil venait de se coucher et la lune de se lever…

à partir de copies d’élèves

Le ciel rougeoyait encore. Un mince croissant de lune venait de se montrer dans le beau ciel d’Ithaque.  une cabane se dressait au sommet d’une falaise. C’était celle d’Eumée, le fidèle porcher du divin Ulysse. Ce dernier venait de rentrer en son royaume après vingt ans. A l’intérieur se trouvaient Ulysse, Eumée et Télémaque. Le héros grec se tenait en retrait adossé au mur. Il observait. Un feu crépitait dans la cheminée.

       Télémaque au visage de jeune dieu leva les yeux vers son père et expliqua :
      – Au cours de mon enquête j’ai appris de terribles nouvelles sur les héros de Troie mais aucune nouvelle de toi !
      Il était assis au bout d’une grande table en bois, l’air crispé.
      – Cette maudite guerre n’aura personne, maugréa Ulysse en se grattant pensivement la barbe. Et ces princes prétendants ? Comment peuvent-ils avoir table ouverte dans notre demeure ?
      A ces mots, Télémaque bondit et tenta de justifier :
      – La loi les y autorise père.
      Il contracta ses muscles, tapa du poing sur la table laissant échapper sa haine.
      – Ces chiens galeux passent leur journée à se goinfrer !
      – Mais maintenant que vous êtes là, mon roi, se risqua timidement Eumée, le fidèle serviteur, vous allez pouvoir les chasser.

      C’était un vieil homme voûté, à l’air soumis. Il tenait son verre et regardait son maître le regard plein d’espoir.     

       – Ce ne sera pas si simple que cela ! soupira le vaillant Ulysse.                                          

La journée du lendemain serait rude, il le devinait. Tous trois veillèrent une bonne partie de la nuit afin de mettre au point une stratégie. Puis, Athéna, la déesse aux yeux d’aigue marine, s’approcha et, délicatement, étendit sur eux un doux sommeil.

carte Victor Bérard

vu ici

 

 

dire et mettre en valeur un texte à plusieurs puis le texte de son choix seul

42A6EEC0-8324-4184-8F31-07F4C11CACDD

un public attentif et bienveillant

9C2ED7EC-E0B7-4671-BB2B-162F8701DD54
par groupe de trois à cinq, réfléchir à une manière de faire entendre ce texte : mots dits en chœur, en écho, en variant l’intensité, en chuchotant, en le mimant…
46661C68-9C30-4E0A-9EA1-62AA1974D463
initiatives bienvenues !
595E9160-F06A-464C-9E4D-92D883D7ECFF
puis chaque membre du groupe lit un de ses textes ou un texte appris dans l’année.
24F65CE8-242B-40E2-A49C-55176E91EBD0.jpeg
La Terre qui ne voulait plus tourner de Françoise du Chaxel
Images de la Terre abîmée par les hommes,
images de catastrophes naturelles.
Chœur.
Elle tournait, tournait, tournait
Depuis des siècles la Terre
Tournait sur elle-même
Comme une danseuse
Tournait autour du Soleil
Comme une amoureuse
Sans bruit, sans histoire
Si paisible, si polie
Si fière, si forte
Si douce, si docile
Si rassurante
Pendant ce temps
Les hommes
Défrichent
Creusent
Gaspillent
Incendient
Mutilent
Se font la guerre
BD2AC268-502A-4C0B-9696-B976A463D8F4
Puis la négligent
S’intéressent à la Lune
La trouvent
Trop grise
Trop laide
 Trop froide
Reviennent sur Terre
Se font la guerre
5A7B0287-6F08-48C8-B277-67B1BCD29580
Dévastent les forêts
Bouleversent les marées
Détournent les rivières
Épuisent le sol
Souillent les fleuves
Enfument le ciel
Se font la guerre
B4518576-11E8-4AC0-8A0B-4D16A181A9B8
Font n’importe quoi
En font tant
Que la Terre se fâche
S’agite
Gronde
Menace
Hurle par ses tempêtes
Crache par ses volcans
Déchaîne ses océans
Puis un jour
S’arrête
Silencieuse
Immobile

à la découverte de Christophe Tarkos

écrire à propos d’un objet familier, dire le texte obtenu

et prolongement d’un atelier d’écriture mené avec Pierre Ménard du site Liminaire. Six ans déjà.

Suzanne Mateo et Louna

AB41926C-CA1B-4BEA-941C-54332DE88EA4

la brosse

DD05A243-9E6D-4EA1-A280-442257E5CD76

le pincea

« à livre ouvert » : une installation en cours

quand mots et images s’envolent

et caviardages à la manière de Lucien Suel

B57E6C11-19DE-4A13-B442-6F03E007FDF5F1954837-F644-4B27-B80C-D900407BED92

caviarder avec Lucien Suel (2)

Photo 28-03-2018 10 21 07

Lucien Suel pratique le caviardage : dans ce jeu littéraire, il biffe les mots d’un texte imprimé afin d’obtenir un autre texte et un autre sens.

Photo 22-03-2018 10 59 41

Le texte obtenu, un palimpseste,  porte les traces du texte précédent.

Ainsi, le poème Express N°00363, affiché dans la rue, s’inscrit dans le paysage urbain et devient un poème visuel, une forme de street-art.

Lucien Suel

Sur l’affiche raturée, quelques mots :

Nous n’allons pas passer notre vie

Nous avons autre chose à faire.

C’est merveilleux !

travaux d’élèves, chacun dispose du même texte de départ

Photo 28-03-2018 10 23 43

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

caviarder avec Lucien Suel (1)

Photo 28-03-2018 10 23 00

Lucien Suel pratique le caviardage : dans ce jeu littéraire, il biffe les mots d’un texte imprimé afin d’obtenir un autre texte et un autre sens.

Photo 27-03-2018 11 16 42

Le texte obtenu, un palimpseste,  porte les traces du texte précédent.

Photo 22-03-2018 11 01 03

Ainsi, le poème Express N°00363, affiché dans la rue, s’inscrit dans le paysage urbain et devient un poème visuel, une forme de street-art.

Lucien Suel

Sur l’affiche raturée, quelques mots :

Nous n’allons pas passer notre vie

Nous avons autre chose à faire.

C’est merveilleux !

travaux d’élèves, chacun dispose du même texte de départ

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

quelques textes

                                     ne pas penser

que tout se passe bien

                               je n’y crois pas

                                            vraiment

Maja C. L.

                                           ne pas penser

ne pas faire marche arrière

tout se passe bien

sais pas pourquoi

croiser les doigts

                                  pas m’interrompre

                                                                                          repartir à zéro

                                                                                                                                   Dalva D

J’essaie de ne pas penser à ce qui m’attend pour ne pas faire marche arrière

je répète mon petit rituel

Tout ça me fait

tenir  le temps

Eulalie R.

CHAQUE MATIN

je répète mon petit rituel

tout se passe bien

je finis par avoir l’impression que

je dois repartir à zéro

trop mal au bide

LUCIEN SUEL et…………….. ?

 

 

 

à partir de Sensation d’Arthur Rimbaud (2)

Photo 20-03-2018 11 44 46

Sensation   d’Arthur Rimbaud (1854-1891)

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

consigne

changer quelques mots d’un texte tout en en respectant sa structure pour donner un autre sens.

Celui qui le souhaite prend son texte en photo, voir à la fin, cliquer pour agrandir !

Photo 20-03-2018 11 47 24

d’un texte à l’autre : florilège

« je ne parlerai pas et je serai en paix

je laisserai les rêves baigner ma tête nue

l’amour de la nature me montera dans l’âme

fatigué de marcher, je me reposerai,

Photo 20-03-2018 11 44 33

et j’irai loin, bien loin comme un marathonien

faible, je sentirai la fraicheur de la nuit

par les couleurs heureux comme avec une femme

par les vents chauds d’été, j’irai dans ma piscine

bronzé par les UV, mojito citron, frais,

rencontrer des ivrognes aux visages bien ternes,

frôlé par l’écume, fouler les vagues menues,

photo-20-03-2018-11-39-26.jpg

et j’irai bien, très bien, jusqu’à la fin

et je resterai là à veiller sur les miens

je laisserai le temps couler en continu

par une nuit d’hiver, j’irai dans le quartier

rêveur j’observerai les plaines et les campagnes

je laisserai le vent emporter mon passé

Photo 20-03-2018 11 38 49

je laisserai le vent brûler mes plaies à nue

par la nature, heureux rien qu’avec ma femme

mais la rancœur infini montera dans l’air

picoté par les herbes, grimper jusqu’au sommet

triste j’en sentirai la nostalgie à mes côtés

et j’irai loin, bien loin, comme une hirondelle,

Photo 20-03-2018 11 36 44

chatouillée par les blés, fouler l’herbe menue

je laisserai le vent glacer ma tête forte

et j’irai loin, bien loin, comme un ange gardien,

je ne bouderai pas, je ne pleurerai rien

par les soirs gris d’hiver, j’irai dans mes pensées

je laisserai le vent emporter mon passé »


septembre 2018
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930