Posts Tagged 'EPI justice'

en clôture de l’EPI justice (histoire-géo/français), un journal et un court spectacle

un public attentif et bienveillant

Photo 16-05-2017 09 27 07un programme qui fait la part belle aux réécritures

Distribution

Les animaux malades de la peste de Jean de La Fontaine

Les animaux parodie  à partir de la réécriture de Gérard William : cette histoire se passerait aujourd’hui dans un collège parmi les élèves…

Le jugement de Salomon -version dramatique

Le jugement de Salomon -version comique

Chasse à l’enfant de Jacques Prévert

Les animaux malades de la Peste de Jean de La Fontaine dit par d’autres élèves

 Accessoires : chacun apporte une sorte de collier sur lequel figure de manière lisible le nom de l’animal tigre, cigale

 Penser aussi aux déguisements (casquettes), perruques, à un gros poupon, à l’épée, à un petite guitare

Ce diaporama nécessite JavaScript.

parodie Les Animaux malades de la peste

 Gérard William et les élèves de 405

Mai 2017

Personnages : Le narrateur – La cigale – La cigogne – Le rat (2)- Le renard – Le lion -Le tigre-Le loup – l’âne

Le narrateur Les Animaux malades de la peste :

« Un mal qui répand la terreur,

Mal que le Ciel en sa fureur

lnventa pour punir les crimes de la terre… ››

La cigale (entrant avec une petite guitare) : – Quoi ? il y a une nouvelle catastrophe ? Viiite. ! il faut agir ! Il faut… composer une chanson de solidarité, enregistrer un CD avec toutes les stars de la variété internationale et redistribuer les bénéfices pour lutter contre… contre quoi au fait ?

Le narrateur : – « La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom) »

La cigogne (médecin, ton docte) : – Ah ! non permettez, la peste a été éradiquée, ce n’est plus une maladie actuelle…

Les rats : – Quel dommage, nous autres les rats étions les vedettes à l’époque.

Le renard : – On pourrait parler plutôt de moi l… je veux dire, de ma maladie, la rage.

Le narrateur : – Non l pas à c’t’heure ! … Parce que Pasteur… la rage…tout ça, si on commence à parler des bobos de chacun, on va y passer la nuit !

La cigogne : (toujours docte et sentencieuse) – Permettez, la santé est un sujet essentiel ! Rien n’est plus passionnant que les symptômes de la grippe aviaire, le diagnostic de la Pneumonie porcine, l’épizootie de la tremblante du mouton… ou l’encéphalopathie spongiforme bovine…

Le rat 1 (sortant en baillant) 1 – En effet, captivant !

Le renard (même jeu) : – Envoûtant !

Le rat 2 (même jeu) : – Fascinant !

Le narrateur 1 – Vous voyez ? Les bobos des autres, tout le monde s’en fiche ! Je peux continuer… oui ?

La cigale : – Je n’attends que ça… s’il n’est plus question de peste, quel sera le sujet de ma chanson ?

J’avais déjà les rimes :

la peste qui empeste

De Budapest au far-west.

I am the best,

I am modeste !

Le narrateur : – Mais on n’en veut pas de ta chanson, elle est pourrie !

La cigogne : – C’est vrai. A moins qu’elle ne parle de (sourire en coin, clin d’œil au narrateur) la maladie de la carpe.

La cigale  – La carpe ? (inspirée) Ouais, je l’ai. ..

Les métacarpes en écharpes…

Au fait, qu’est-ce qu’elle a la carpe ?

La cigogne et le narrateur (criant en chœur) – ELLE EST MUETTE ! La cigale sort, vexée.

La cigogne : Bien ! (toujours grave) Maintenant que nous sommes tranquilles, si nous parlions un peu de salmonellose ?

Le narrateur :  (se bouchant les oreilles)  NOOOOOOOON !…

La cigogne s‘enfuyant à son tour.

Le narrateur : Ah ! Enfin ! je peux reprendre

Les Animaux malades…

Les Animaux complètement malades !

La cigale (revenant) : – Ouais… ça c’est bon comme début de chanson :

ma-la-de,

complètement ma-la-de,

j”ai trouvé, on va parler de (marquer un temps) la maladie du… Lama !

La cigogne : – La maladie du lama dont le nom scientifique est Lama laria et…

Regard noir du narrateur… la cigale et la cigogne quittent la scène.

La cigale et la cigogne – Bon… bon… ça va.  On se fait Lamal.

Le narrateur  – Je crois qu’on va se la jouer classique Les Animaux malades de la peste.

Le lion (la casquette à l’envers, sa bande entre petit à petit, casquette à l’envers aussi, il déclame)

                                                      « Mes chers amis,

Je crois que le Ciel a permis

Pour nos péchés cette infortune ;

Que le plus coupable de nous

Se sacrifie aux traits du céleste courroux,

Peut-être il obtiendra la guérison commune. »

Au narrateur J’arrive trop tôt ?

Le narrateur : – Un peu trop tôt, oui… mais c’est super, continue…

Le lion (nettement moins poétique) : Ouais, ça commence à chauffer pour nous. Perso, j’ai péta des portables. Fallait que je m’achète de quoi me détendre. J’tais trop tendu. Et aussi j’ai déclenché l’alarme incendie pendant le brevet blanc. (se reprenant, il déclame à nouveau)

Je me sacrifierai donc s’il le faut.

Le renard : – Gros ! Sans dec’ c’est rien ça. C’est toi l’boss de t’façon ! Fais-toi plaiz. C’est des petits ! au pire, à c’tte âge, z’ont pas besoin de phone, c’est mauvais pour leur cerveau !

Le tigre : (ironique)-  Oh !  le thug !!!  Appelez les hendeks. Moi, pas grand-chose non plus, j’ai juste un peu hacké le site du collège.

Le loup : oh ! les gars… ben moi j’ai fumé une clope dans l’bahut, tranquille, rien de plus !

Le renard : Et moi, une peccadille, j’ai juste souvenance qu’en mon jardin passant je me suis initié à faire pousser quelques graines.

L`âne : J’ai… J’ai…falsifié ma fiche sortie (ou ma note sur un contrôle), oublié ma fiche liaison/ de faire signer mon contrôle/ perdu ma carte de cantine (au choix une quelconque peccadille)

Le Lion :- Oui, qu’est-ce que t’as fait l’âne ? Répète un peu.

Le tigre : – Ouais, dis voir, quelle catastrophe à peine avouable as-tu provoquée ?

Le loup : – Ouais, t’as fait quoi d’horrible ?

L’âne : – J’ai falsifié ma fiche sortie.

(Les animaux se regardent l’air interloqués)

Le renard : – Quoi ! Toi ? t’as fait ça ? t’as osé ?

Les autres : Wesh ! t’as pas honte ?

Le Tigre c’est hyper grave !

Le loup Mais trop pas ! Tu…

L’âne : (tentant de se rebeller) oh ! j’suis pas venu ici pour souffrir, ok ?!

Le renard Quoi ? tu te rends pas compte ? à cause de toi, on va se faire virer.

Les autres : Alors, c’est toi qui te fais exclure !

Le narrateur « Haro sur le baudet »

Le tigre: – D’où il sort celui-là ?

Le lion : – C’est le narrateur de notre fable, il est encore branché l7ème  siècle ! (se tournant vers le narrateur) Elle te convient notre version ?

Le narrateur : -Oui… ce n’est pas à proprement parler la version « classique ›› mais la morale est sauve…

Tous : – Hein ?

Le narrateur : – Oui, la morale de la fable :

« Selon que vous serez puissant ou misérable,

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »

Le livre blanc pénitentiaire : une chronique de Jacques Munier pour France Culture

un clic, pour écouter Jacques Munier

Aujourd’hui, la commission mise en place par le ministre de la justice présente son Livre blanc sur l’immobilier pénitentiaire.

Cette commission, présidée par Jean-René Lecerf, président Les Républicains (LR) du conseil départemental du Nord, a fait des propositions pour que les nouvelles prisons ne connaissent pas les tares du système carcéral actuel. Le Monde a pu en prendre connaissance : il s’agit « de réguler les flux d’incarcération afin de respecter strictement les capacités d’accueil des nouveaux établissements et d’accompagner la résorption de la surpopulation dans les établissements existants ». Pas exactement un numerus clausus, mais l’instauration d’une pratique de « concertation avec les magistrats afin de lier l’augmentation de la capacité à une décrue de la densité. Car ce Livre blanc part du constat que « les précédents programmes immobiliers ont échoué à endiguer la surpopulation carcérale ». L’éditorial du quotidien rappelle d’ailleurs que la semaine dernière, la directrice de la maison d’arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, a pris les devants et « a prévenu les magistrats : inutile de lui envoyer des détenus, son établissement, saturé, est dans l’impossibilité physique d’en prendre un seul de plus ». En décembre, la contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, « dénonçait le traitement proprement  » inhumain  » des détenus à la maison d’arrêt de Fresnes (taux d’occupation de 193 %). Climat d’extrême violence, discipline brutale, tension permanente. Et prolifération des rats :  » L’odeur persistante de leur pelage, de leurs excréments et de leurs cadavres s’ajoute à celle des amas d’ordures qui jonchent les pieds des bâtiments.  » Laissons la morale de côté – ajoute l’éditorialiste. Considérons les résultats. Ils sont nuls. L’impact de cette politique d’incarcération sans cesse en augmentation est marginal sur le taux de criminalité. Il est inexistant sur la récidive. » Spécialiste des questions pénitentiaires, Jean-René Lecerf avait cité une formule prêtée à Albert Camus lors de la mise en place, en janvier de la commission du Livre blanc sur l’immobilier pénitentiaire : « une société se juge à l’état de ses prisons ». S’il est vrai qu’il faut construire de nouvelles prisons pour éviter l’engorgement, cela ne peut tenir lieu de politique pénale, car on sait que plus on en construit, plus on les remplit.

Faut-il instaurer un numerus clausus dans les prisons ? La question est controversée

Elle fait l’objet de la page Débats de La Croix. Laurence Blisson, Secrétaire générale du Syndicat de la magistrature, estime qu’il faudrait « moduler les entrées et les sorties de prison » dans le but de « juguler la surpopulation carcérale et respecter, enfin, le principe de l’encellulement individuel ». En différant l’incarcération des condamnés ne présentant pas de profil dangereux, ou en prononçant un aménagement de peine en leur faveur. Et en permettant une libération conditionnelle anticipée aux détenus en fin de peine afin de libérer des places pour les condamnés pour des faits graves. Les juges disposent d’un large éventail de peines de substitution à la prison. Ils n’y ont pas assez recours, « faute de moyens suffisants pour suivre ce public en milieu ouvert ». La mise en place d’un numerus clausus les y inciterait davantage. La magistrate rappelle que la surpopulation « empêche tout travail de fond en direction des détenus et concourt, à sa façon, à la récidive. Incarcérer à tous crins, en faisant fi des conditions de détention, est totalement irresponsable », conclut-elle. Pour Jean-François Forget Secrétaire général du syndicat des personnels pénitentiaires Ufap-Unsa Justice, personnels qui sont en première ligne face au problème de la surpopulation carcérale, le numerus clausus est « une fausse bonne idée », qui reviendrait à « travestir une décision de justice ». Là encore, la question lancinante des moyens s’impose : « la prison a un rôle actif à jouer pour endiguer la récidive – estime à juste titre le syndicaliste. Il faut repenser son rôle, en finir avec l’oisiveté des détenus, les faire tous travailler, les obliger à suivre une formation, faire du temps carcéral un temps vraiment utile » affirme-t-il. Mais quand on sait les listes d’attentes interminables pour la moindre activité, on doute de l’efficacité de la solution. « Observons nos voisins – ajoute Jean-François Forget. Plusieurs pays européens sont confrontés au même problème. Regardez, par exemple, ce qui se fait en Belgique : faute de places, les autorités belges louent des cellules aux prisons néerlandaises qui, elles, se vident… » CQFD

Des prisons néerlandaises désormais aussi aménagées en centres d’accueil des réfugiés

C’est ce que montre l’étonnant article de Philosophie Magazine, « Fermer les prisons pour mieux les rouvrir » de Cédric Enjalbert. Privilégiant les peines alternatives pour les délits les moins graves – qui sont la majorité, la pragmatique justice néerlandaise a fait chuter le nombre des détenus. Et mis les cellules vacantes réaménagées à la disposition des demandeurs d’asile… En France, la prison n’est pas seulement un moyen de dissuader le crime ou d’éloigner les individus dangereux. Comme l’affirme l’éditorial du Monde elle est « l’instrument d’une vengeance de la société. Elle doit faire mal. Par faiblesse, les politiques y consentent. »

Par Jacques Munier

 


décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031