Posts Tagged 'filmer'

La Loreley de Guillaume Apollinaire

un vrai travail d’équipe : choix des décors, découpage du texte, quatre lecteurs, deux réalisateurs/monteurs, des figurants… et à neuf,  se mettre d’accord, s’écouter, surmonter les fous-rires… résultat !

La Loreley de Guillaume Apollinaire

Louis-Albert et Hadrien (cliquer) Romain et Sean mais aussi Rémi et KarolTiphaine et Camille (beau travail de montage) disent

La Loreley de Guillaume Apollinaire

(1880 – 1918)

à Jean Sève

À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l’évêque la fit citer
D’avance il l’absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m’ont regardée évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez,  jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
Qu’un autre te condamne tu m’as ensorcelé

Evêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège

Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n’aime rien

Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j’en meure

Mon cœur me fait si mal depuis qu’il n’est plus là
Mon cœur me fit si mal du jour où il s’en alla

L’évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu’au couvent cette femme en démence

Va-t-en Lore en folie va Lore aux yeux tremblants
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc

Puis ils s’en allèrent sur la route tous les quatre
la Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château

Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j’irai au couvent des vierges et des veuves

Là haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley  Loreley
Tout là bas sur le Rhin s’en vient une nacelle
Et mon amant s’y tient il m’a vue il m’appelle

Mon cœur devient si doux c’est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l’eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

Bacharach est une ville proche d’une falaise sur la rive droite du Rhin connue depuis l’Antiquité car l’écho s’y répète sept fois. Loreley vient du moyen allemand lürelei (lüren : épier ; lei : rocher).

Ce lieu est mêlé aux histoires fantastiques du Moyen Age.

Lorelei Heinrich Heine

dit ici (cliquer sur le lien) par Claire L. et Clara B et ici encore par Alexandre et Baptiste

Loreley              Heinrich Heine (1797-1856)

                 Mon Cœur, pourquoi ces  noirs présages?
                Je suis triste à mourir.
                Une histoire des anciens âges
                Hante mon Souvenir.
                                        Déjà l’air fraîchit, le soir tombe,
                                        Sur le Rhin, flot grondant;
                                        Seul, un haut rocher qui surplombe
                                        Brille aux feux du couchant.
                 Là-haut, des nymphes la plus belle,
                Assise, rêve encore;
                Sa main, où la bague  étincelle,
                Peigne ses cheveux d’or.
                                        Le peigne est magique. Elle chante,
                                        Timbre étrange et vainqueur,
                                        Tremblez, fuyez ! la voix touchante
                                        Ensorcelle le coeur.
                Dans sa barque, l’homme qui passe,
                Pris d’un soudain transport,
                Sans le voir, les yeux dans l´espace,
                Vient sur l`écueil de mort.
                                         L´écueil brise, le gouffre enserre,
                                         La nacelle est noyée,
                                         Et voila le mal que peut faire
                                         Loreley sur son rocher.

Ich weiß nicht, was soll es bedeuten,
Daß ich so traurig bin;
Ein Märchen aus alten Zeiten,
Das kommt mir nicht aus dem Sinn.

Die Luft ist kühl, und es dunkelt,
Und ruhig fließt der Rhein;
Der Gipfel des Berges funkelt
Im Abensonnenschein.  (…)

 


octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives