Posts Tagged 'Göttingen'

Vendredi : rendez-vous à la mairie/Freitag: im Rathaus und Stadtführung

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’histoire de Göttingen, la chanson de Barbara, sur Karambolage, Arte TV

troisième volet de cette émission du 10 novembre 2013, cliquer ici

Et voici maintenant Nikola Obermann qui va nous raconter ce soir l’histoire d’une célèbre chanson de Barbara, créée il a juste 50 ans, voyez :

Si vous demandez à un Allemand à quoi il associe la ville de Göttingen, il vous répondra du tac au tac : à l’université. Car dans cette ville de Basse-Saxe, forte de 120 000 habitants, les étudiants représentent 20% de la population. Posez la même question à un Français, et vous verrez, la réaction est radicalement différente :
Bien sûr nous, nous avons la Seine et puis notre bois de Vincennes,…
Heu… Barbara !
Les Français connaissent donc Göttingen par une chanson.

Mais revenons à l’époque où la chanteuse Barbara n’était pas encore la grande star que l’on connaît. Nous sommes en 1964, elle chante dans un cabaret parisien en s’accompagnant au piano. Parmi ses fans : un jeune Allemand, Hans-Günther Klein, directeur du Junges Theater de Göttingen. Un jour, il prend son courage à deux mains et invite Barbara à se produire à Göttingen. Pas facile ! La Deuxième Guerre mondiale hante encore les esprits et Barbara, qui est née dans une famille juive, a pratiquement passé toute sa jeunesse à se cacher pour échapper à la déportation. La réponse tombe : Non, pas question d’aller chanter en Allemagne. Le lendemain, revirement complet : Elle accepte de faire le voyage mais pose une condition, qu’il y ait un piano à queue.

A son arrivée à Göttingen, c’est la consternation : un énorme piano droit trône sur la scène. Barbara refuse de jouer. Ce piano tout en hauteur lui bouche la vue. Elle veut voir son public, il lui faut un piano à queue. Le directeur de théâtre a beau lui expliquer que les déménageurs de piano de Göttingen font grève, Barbara reste inflexible. Quelques heures plus tard, dix étudiants hissent sur la scène un piano à queue noir qu’ils viennent d’emprunter à la mère d’un de leurs camarades. Le concert commence avec deux heures de retard, c’est un immense succès. Le contrat de Barbara est prolongé d’une semaine. Le lendemain, la chanteuse, qui au départ ne voulait rien voir de l’Allemagne, accepte de suivre les étudiants qui lui font visiter toute la ville, y compris l’ancienne maison des frères Grimm, les célèbres collectionneurs de contes. Elle est agréablement surprise par la beauté du site, les connaissances en français de ses hôtes, la chaleur de l’accueil. L’avant-dernier jour, elle écrira finalement « Göttingen » dans un petit jardin jouxtant le théâtre. C’est un remerciement, une déclaration d’amour à la ville et à ses habitants, un manifeste contre la guerre. Le soir même, elle interprète la chanson à moitié terminée devant un public enthousiaste et ému à la fois.

Le talent de Barbara est indéniable. Quand elle parle des enfants blonds, de la mélancolie ou des roses de Göttingen, elle nous met le cœur à l’envers sans jamais sacrifier au kitsch. Ainsi, on lui pardonne même volontiers de faire rimer le prénom de Hans – qu’elle prononce à la française, « Hanse », avec « France ». D’ailleurs, ce petit accent français, ah comme c’est charmant, notamment quand elle dit « Göttin’ gueune », « Göttin’ gueune » au lieu de « Göttingen ». Ce titre, que Barbara enregistre en allemand quelques années plus tard, est aujourd’hui l’un des classiques de la chanson française. A l’époque, juste un an après la signature du traité de l’Elysée, Barbara n’avait certainement pas l’intention d’écrire un hymne à la réconciliation franco-allemande – et c’est pourtant ce qu’elle a fait !

« …Et lorsque sonnerait l’alarme, s’il fallait reprendre les armes, mon cœur verserait une larme pour Göttingen, pour Göttingen. »

Texte : Nikola Obermann
Image : Aurélie Pollet

Vendredi/Freitag : répétition, spectacle et fête. (der grosse Abend!)

RDV tout à l’heure à 16h30, une répétition générale sans heurts… jusqu’aux micros qui n’ont pas donné de signes de faiblesse. Alles lief perfekt! Bravo, Ihr seid wirklich toll!DSCN5715

dans la salle, les élèves d’OHG qui viennent d’arriver en car font le tour des lieux, leurs camarades disposent les chaises, – kommt, schaut Euch diesen tollen, professionnellen Theaterraum an!

DSCN5737aux lumières, Licht

DSCN5734aux micros, mit den Mikrofonen und dem Profi vor Ort

DSCN5730un professeur d’anglais/EPS prend un moment pour donner des explications, – so funktioniert das!

DSCN5763 DSCN5760 DSCN5762une répétition générale, on revoit l’entrée, la sortie, RDV à 16 h 30, la journée sera longue « Reposez-vous, à tout à l’heure ! » Bis später!

Jeudi/Donnerstag (nur noch 3 Tage!)

à OHG, des cours et un temps pour faire le point.  ein bisschen Unterricht, Abischerz und Besprechung für morgen!

Pendant ce temps, und währenddessen…

FKG, dans le Hartz, goûte à la fraîcheur des collines boisées.

dimanche : Klausenhof, à une quarantaine de kms de Göttingen

rencontres, leur surprise et la nôtre

DSCN5377DSCN5380

 

bon week end ! / schönes Wochenende à tous !

Wochenende in den Familien ! Viel Spass !

Göttingen 004promenades du côté de la Roseraie chère à Barbara, au hasard de nos déambulations quelques élèves croisés,

Göttingen 001au fond la nouvelle mairie (tour grise), nous y serons demain pour l’accueil officiel et discours d’usage.

journée rallye / mini golf


juillet 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31