Posts Tagged 'imaginer'

lieux rêvés

à partir d’images apportées par les uns et les autres, après ceux de quelques-uns de nos maîtres, nos lieux rêvés ! en 15 secondes chrono !

lieu 1

lieu 2 

lieu 3 

lieu 4

lieu 5

lieu 6

lieu 7 

lieu 8

lieu 9

lieu 10

lieu 11

lieu 12

lieu 13

lieu 14

lieu 15

lieu 16

lieu 17

1)

habiter dans les arbres,

aller dans les montagnes,

nager dans les eaux infinies,

regarder le feu crépiter,

sentir la caresse du vent,

la nature, mon lieu rêvé

2)

un écrit enchanteresque,

des montagnes enneigées,

une brume enveloppante,

un dragon surgi de l’ombre,

je ne peux continuer,

mes pas sont lourds, ma tête engourdie…

je sombre dans le néant

le néant

3)

voler,

voler comme un oiseau

et atteindre des sommets

le brouillard voile mes yeux

la neige vient

sur le sol m’allonger apaisée

et comme un phénix surmené

disparaître en cendres

puis

ici ou là

renaître

4)

partir

partir découvrir le monde

partir en volant par-dessus les cieux

partir à l’aventure

partir à travers les nuages

à la recherche d’endroits rêvés

de l’obscurité vers la lumière

partir avec toi

un bonheur sans loi

5)

un petit en-cas dans la poche

partir à la recherche de l’inconnu

décoller ensemble voir la lune

dépasser les lois de la gravité

visiter les cieux

rencontrer des dieux

trébucher sur les étoiles

trébucher

6)

immense impressionnant infranchissable

au sommet de la montagne

tu es debout à l’horizon

tu domines

tu protèges

tu es un rêve de petite fille

je marche vers toi

tu es le château du prince

7)

une simple cabane

l’odeur de la résine sur nos doigts

la balançoire au fond du jardin

la rosée sur les feuilles

le souffle du vent

et le silence

loin des villes pressées

habiter dans les arbres

8)

couloirs escarpés

escaliers pentus

grandes salles de marbres blanc

pièces sombres sans fenêtres

petites chambres en pierre grise

grands lits

petites paillasses

la vie dans un château

mon lieu rêvé

9)

le chat qui joue près du poêle à bois

le lit devant la cheminée

l’odeur du pain grillé le matin

la saveur de la grenadine à quatre heures

le calme tranquille de mon chez moi

mon lieu rêvé

10)

plage de galets

eau pure d’un bleu très clair

baignades

cris des mouettes

un enfant pleure

un autre court parmi les serviettes

parasols et crème solaire

petits poissons multicolores

le bonheur est là

vacances

11)

un tourniquet qui tourne, tourne si vite que je ne vois plus rien

puis ça ralentit, ça s’arrête

tout redevient clair

mon chien court vers moi

il saute dans mes bras

ma sœur crie

c’est à toi de pousser

parc de mon enfance

nostalgie

12)

ville aux géants de fer et de verre

ville s’illuminant aux premiers rayons de soleil

ville au garde-à-vous devant le ciel

ville vibrant au bruit des voitures

ville, tu te cherches

ville, je te cherche

ville je me cherche

13)

la marée basse

les bateaux qui sortent du port

l’air marin

les pêcheurs qui vendent du poisson

la plage

le sable chaud glisse entre mes orteils

j’étale une serviette colorée

paradis

14)

la voir d’en haut

d’en bas

des airs ou de la mer

y trouver les bâtiments les plus gigantesques

revoir de beaux jardins d’enfants

y sentir les odeurs familières

y reconnaître les bruits de toujours

se balader le long des rivières

la ville de demain

mon lieu rêvé

15)

Dans mes rêves, je m’envole loin, loin d’ici.  Jusqu’en Chine ! La Grande Muraille, ses milliers de marches, les samouraïs, la Cité interdite, le thé, les fleurs de lotus… Quitter ce monde étroit, rêver d’ailleurs. S’évader.

16)

les petits bateaux de pêche ramenant la marée à terre

les petites vagues de mer se rompant sur la plage

les grands cargos partant pour un long voyage

les baigneurs tranquilles dans l’eau

les petits animaux de l’océan se faufilant entre les jambes

ça c’est mon lieu rêvé

17)

éclats de lumière sur les fenêtres

derniers passants, voitures,

lignes orangées des rues

la ville s’endort lentement

les lumières s’éteignent une à une

place aux étoiles

ville nuit

à partir de dessins de Stanislas Bouvier (5)

et du titre d’une histoire  d’Anne Wiazemsky, Les visiteurs du soir,  (titre lui-même citation cinématographique d’un film de Marcel Carné, 1942) écrire et dire un conte,  images de Stanislas Bouvier saisies grâce à un visualiseur et projetées en diaporama sur le tableau numérique de la classe

janvier_57

à partir de dessins de Stanislas Bouvier (2)

et du titre d’une histoire  d’Anne Wiazemsky, Les visiteurs du soir,  (titre lui-même citation cinématographique d’un film de Marcel Carné, 1942) écrire et dire un conte,  images de Stanislas Bouvier saisies grâce à un visualiseur et projetées en diaporama sur le tableau numérique de la classe

janvier_57

à partir de dessins de Stanislas Bouvier (1)

et du titre d’une histoire  d’Anne Wiazemsky, Les visiteurs du soir,  (titre lui-même citation cinématographique d’un film de Marcel Carné, 1942) écrire et dire un conte,  images de Stanislas Bouvier saisies grâce à un visualiseur et projetées en diaporama sur le tableau numérique de la classe

janvier_57

Textes fondateurs : La Bible (extrait 2), Abel et Caïn

pour se reporter au texte, cliquer sur le lien ci-dessous

Abel et Caïn

enluminure la Bible d’Albe

vers 1084, ivoire, acquisition 1898

Musée du Louvre
Suger
Aile Richelieu
Premier étage – Section 2

La plaque provient d’une ensemble (devant d’autel, ambon ou porte) très probablement réalisé pour la nouvelle cathédrale de Salerne (Italie), fondée par Robert Guiscard et consacrée en 1084.

gravure Gustave Doré

Marc Chagall

à partir d’un extrait du Chaperon Rouge Ch Perrault

Les filles de l’ogre deviennent des filles de fées ou comment passer d’un portrait péjoratif à un portrait mélioratif.

« L’Ogre avait sept filles, qui n’étaient encore que des enfants. Ces petites ogresses avaient toutes le teint fort beau, parce qu’elles mangeaient de la chair fraîche, comme leur père ; mais elles avaient de petits yeux gris et tout ronds, le nez crochu, et une fort grande bouche, avec de longues dents fort aiguës et fort éloignées l’une de l’autre. Elles n’étaient pas encore fort méchantes; mais elles promettaient beaucoup, car elles mordaient déjà les petits enfants pour en sucer le sang. »

Les filles de fées avaient de magnifiques yeux en amande d’un châtain éblouissant. Elles avaient un nez bien fait, ni trop grand, ni trop petit. Leur bouche était fine et quand elles souriaient, on pouvait apercevoir de magnifiques dents de lait. Ces filles étaient resplendissantes et gentilles. Elles promettaient de devenir encore plus belles avec le temps.

Les filles de fées avaient de grands yeux bleus, pareils à la couleur d’un lac, le nez tout rond et une belle petite bouche rose avec de petites dents bien alignées. Elles étaient douces et gentilles, leur sourire répandait la gaieté et leurs ailes étaient pétillantes de couleur.

Les filles de fées avaient de très jolis yeux bleus qui brillaient comme des diamants, un tout petit nez recouvert de taches de rousseur et une bouche merveilleusement rose. Elles avaient de petites dents qui ressemblaient à des perles blanches. Elles étaient douces et gentilles et aimaient beaucoup les enfants.

Les filles de fées avaient de très jolis yeux bleus qui brillaient, le nez retroussé et fin, une petite bouche dont la dentition était parfaite. Elles étaient déjà très douces et gentilles avec leurs enfants.Les filles de fée avaient toutes le teint for beau parce qu’elles mangeaient de bons légumes frais du jardin de leur père ; elles avaient aussi de magnifiques yeux étincelants, un nez petit et rond, un sourire radieux déposé sur leurs lèvres. Quand elles ouvraient leur bouche on apercevait de belles dents aussi blanches que la neige. Elles étaient douces et gentilles. Plus tard, elles deviendraient de belles et gentilles jeunes filles.

La Belle et la Bête

écrire, puis jouer des dialogues entre les différents personnages de ce conte. Un objet comme un livre, un miroir, une rose ou une porte jouera un rôle important.


juillet 2017
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31