Posts Tagged 'Jean de La Fontaine'

en clôture de l’EPI justice (histoire-géo/français), un journal et un court spectacle

un public attentif et bienveillant

Photo 16-05-2017 09 27 07un programme qui fait la part belle aux réécritures

Distribution

Les animaux malades de la peste de Jean de La Fontaine

Les animaux parodie  à partir de la réécriture de Gérard William : cette histoire se passerait aujourd’hui dans un collège parmi les élèves…

Le jugement de Salomon -version dramatique

Le jugement de Salomon -version comique

Chasse à l’enfant de Jacques Prévert

Les animaux malades de la Peste de Jean de La Fontaine dit par d’autres élèves

 Accessoires : chacun apporte une sorte de collier sur lequel figure de manière lisible le nom de l’animal tigre, cigale

 Penser aussi aux déguisements (casquettes), perruques, à un gros poupon, à l’épée, à un petite guitare

Ce diaporama nécessite JavaScript.

parodie Les Animaux malades de la peste

 Gérard William et les élèves de 405

Mai 2017

Personnages : Le narrateur – La cigale – La cigogne – Le rat (2)- Le renard – Le lion -Le tigre-Le loup – l’âne

Le narrateur Les Animaux malades de la peste :

« Un mal qui répand la terreur,

Mal que le Ciel en sa fureur

lnventa pour punir les crimes de la terre… ››

La cigale (entrant avec une petite guitare) : – Quoi ? il y a une nouvelle catastrophe ? Viiite. ! il faut agir ! Il faut… composer une chanson de solidarité, enregistrer un CD avec toutes les stars de la variété internationale et redistribuer les bénéfices pour lutter contre… contre quoi au fait ?

Le narrateur : – « La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom) »

La cigogne (médecin, ton docte) : – Ah ! non permettez, la peste a été éradiquée, ce n’est plus une maladie actuelle…

Les rats : – Quel dommage, nous autres les rats étions les vedettes à l’époque.

Le renard : – On pourrait parler plutôt de moi l… je veux dire, de ma maladie, la rage.

Le narrateur : – Non l pas à c’t’heure ! … Parce que Pasteur… la rage…tout ça, si on commence à parler des bobos de chacun, on va y passer la nuit !

La cigogne : (toujours docte et sentencieuse) – Permettez, la santé est un sujet essentiel ! Rien n’est plus passionnant que les symptômes de la grippe aviaire, le diagnostic de la Pneumonie porcine, l’épizootie de la tremblante du mouton… ou l’encéphalopathie spongiforme bovine…

Le rat 1 (sortant en baillant) 1 – En effet, captivant !

Le renard (même jeu) : – Envoûtant !

Le rat 2 (même jeu) : – Fascinant !

Le narrateur 1 – Vous voyez ? Les bobos des autres, tout le monde s’en fiche ! Je peux continuer… oui ?

La cigale : – Je n’attends que ça… s’il n’est plus question de peste, quel sera le sujet de ma chanson ?

J’avais déjà les rimes :

la peste qui empeste

De Budapest au far-west.

I am the best,

I am modeste !

Le narrateur : – Mais on n’en veut pas de ta chanson, elle est pourrie !

La cigogne : – C’est vrai. A moins qu’elle ne parle de (sourire en coin, clin d’œil au narrateur) la maladie de la carpe.

La cigale  – La carpe ? (inspirée) Ouais, je l’ai. ..

Les métacarpes en écharpes…

Au fait, qu’est-ce qu’elle a la carpe ?

La cigogne et le narrateur (criant en chœur) – ELLE EST MUETTE ! La cigale sort, vexée.

La cigogne : Bien ! (toujours grave) Maintenant que nous sommes tranquilles, si nous parlions un peu de salmonellose ?

Le narrateur :  (se bouchant les oreilles)  NOOOOOOOON !…

La cigogne s‘enfuyant à son tour.

Le narrateur : Ah ! Enfin ! je peux reprendre

Les Animaux malades…

Les Animaux complètement malades !

La cigale (revenant) : – Ouais… ça c’est bon comme début de chanson :

ma-la-de,

complètement ma-la-de,

j”ai trouvé, on va parler de (marquer un temps) la maladie du… Lama !

La cigogne : – La maladie du lama dont le nom scientifique est Lama laria et…

Regard noir du narrateur… la cigale et la cigogne quittent la scène.

La cigale et la cigogne – Bon… bon… ça va.  On se fait Lamal.

Le narrateur  – Je crois qu’on va se la jouer classique Les Animaux malades de la peste.

Le lion (la casquette à l’envers, sa bande entre petit à petit, casquette à l’envers aussi, il déclame)

                                                      « Mes chers amis,

Je crois que le Ciel a permis

Pour nos péchés cette infortune ;

Que le plus coupable de nous

Se sacrifie aux traits du céleste courroux,

Peut-être il obtiendra la guérison commune. »

Au narrateur J’arrive trop tôt ?

Le narrateur : – Un peu trop tôt, oui… mais c’est super, continue…

Le lion (nettement moins poétique) : Ouais, ça commence à chauffer pour nous. Perso, j’ai péta des portables. Fallait que je m’achète de quoi me détendre. J’tais trop tendu. Et aussi j’ai déclenché l’alarme incendie pendant le brevet blanc. (se reprenant, il déclame à nouveau)

Je me sacrifierai donc s’il le faut.

Le renard : – Gros ! Sans dec’ c’est rien ça. C’est toi l’boss de t’façon ! Fais-toi plaiz. C’est des petits ! au pire, à c’tte âge, z’ont pas besoin de phone, c’est mauvais pour leur cerveau !

Le tigre : (ironique)-  Oh !  le thug !!!  Appelez les hendeks. Moi, pas grand-chose non plus, j’ai juste un peu hacké le site du collège.

Le loup : oh ! les gars… ben moi j’ai fumé une clope dans l’bahut, tranquille, rien de plus !

Le renard : Et moi, une peccadille, j’ai juste souvenance qu’en mon jardin passant je me suis initié à faire pousser quelques graines.

L`âne : J’ai… J’ai…falsifié ma fiche sortie (ou ma note sur un contrôle), oublié ma fiche liaison/ de faire signer mon contrôle/ perdu ma carte de cantine (au choix une quelconque peccadille)

Le Lion :- Oui, qu’est-ce que t’as fait l’âne ? Répète un peu.

Le tigre : – Ouais, dis voir, quelle catastrophe à peine avouable as-tu provoquée ?

Le loup : – Ouais, t’as fait quoi d’horrible ?

L’âne : – J’ai falsifié ma fiche sortie.

(Les animaux se regardent l’air interloqués)

Le renard : – Quoi ! Toi ? t’as fait ça ? t’as osé ?

Les autres : Wesh ! t’as pas honte ?

Le Tigre c’est hyper grave !

Le loup Mais trop pas ! Tu…

L’âne : (tentant de se rebeller) oh ! j’suis pas venu ici pour souffrir, ok ?!

Le renard Quoi ? tu te rends pas compte ? à cause de toi, on va se faire virer.

Les autres : Alors, c’est toi qui te fais exclure !

Le narrateur « Haro sur le baudet »

Le tigre: – D’où il sort celui-là ?

Le lion : – C’est le narrateur de notre fable, il est encore branché l7ème  siècle ! (se tournant vers le narrateur) Elle te convient notre version ?

Le narrateur : -Oui… ce n’est pas à proprement parler la version « classique ›› mais la morale est sauve…

Tous : – Hein ?

Le narrateur : – Oui, la morale de la fable :

« Selon que vous serez puissant ou misérable,

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »

fables : illustrations et commentaires

IMG_20160119_140003

La morale du Loup et l’Agneau me paraît injuste car une personne faible peut avoir raison même si l’autre est plus forte.

« La raison du plus fort est toujours la meilleure » est une morale effrayante mais ce n’est pas tout le temps vrai.

le loup et le chien

Le chêne et le roseau « Cette morale est ma préférée : ce n’est pas parce qu’on est le plus fort qu’on doit gagner. On est tous différents et personne ne doit partir de ce monde par injustice »

IMG_20160125_090216

Les flatteurs sont malins, il faut faire attention aux flatteries même s’il y a des gens aimables. Conclusion : être toujours sur ses gardes dans la vie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

pour en savoir plus sur l’univers de Jean de La Fontaine

un site ici avec par exemple

Le corbeau et le Renard

Le corbeau et le Renard chanté : cliquez sur l’image, ici dit par des élèves

 la_cigale_et_la_fourmi_817x520

La cigale et la fourmi chanté par Charles Trenet, accompagné par Django Reinhardt, cliquer sur l’image

BnF, bibliothèque numérique des enfants => sept jeux

voir aussi sur le site de la BnF une exposition virtuelle : des illustrations de fables par Gustave Doré, par Benjamin Rabier ou Marc Chagall

« Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons durant la nôtre, la colorier avec nos couleurs d’amour et d’espoir. » Marc Chagall

Le laboureur et ses enfants

dit par Mélissa et Alexandre

  Le Laboureur et ses Enfants
de Jean de La Fontaine (1621-1695)

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût.
Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

Le corbeau et le renard

dit par Rheida et Daniel, une seule prise… et une liaison malencontreuse, aïe ! d’autres essais à suivre

un autre essai de Rheida et Daniel suivi de celui d’Amandine et Alexandre


novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930