Posts Tagged 'jouer'

Brunain, la vache au prêtre

quelques années plus tôt (décembre 2012), sur ce blog,   texte et voix

EPI Langues et culture de l’Antiquité : conclure par un court spectacle

vendredi 9 juin : de 9 à 10, générale au CDI, derniers ajustements, un public bienveillant d’élèves curieux venus de l’étude.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur le temps de la récré, quelques volontaires installent dans la salle de français un espace pour recevoir la classe de sixième prévue de 10 à 11. Les mêmes, réinstalleront en un tournemain la salle pour le dernier cours de la matinée. Qu’ils en soient ici remerciés.

IMG_2428

Puis représentation : des présentateurs pour les différents moments choisis, une réécriture de la rencontre de Calchas, Agamemnon et Achille, un extrait de l’Iliade -les larmes de Priam, un extrait d’Oedipe d’Euripide et un extrait d’Andromaque de Racine interprété par plusieurs binômes -la déclaration d’amour de Pyrrhus à Andromaque sous peine de s’en prendre à son fils Astyanax.

en clôture de l’EPI justice (histoire-géo/français), un journal et un court spectacle

un public attentif et bienveillant

Photo 16-05-2017 09 27 07un programme qui fait la part belle aux réécritures

Distribution

Les animaux malades de la peste de Jean de La Fontaine

Les animaux parodie  à partir de la réécriture de Gérard William : cette histoire se passerait aujourd’hui dans un collège parmi les élèves…

Le jugement de Salomon -version dramatique

Le jugement de Salomon -version comique

Chasse à l’enfant de Jacques Prévert

Les animaux malades de la Peste de Jean de La Fontaine dit par d’autres élèves

 Accessoires : chacun apporte une sorte de collier sur lequel figure de manière lisible le nom de l’animal tigre, cigale

 Penser aussi aux déguisements (casquettes), perruques, à un gros poupon, à l’épée, à un petite guitare

Ce diaporama nécessite JavaScript.

parodie Les Animaux malades de la peste

 Gérard William et les élèves de 405

Mai 2017

Personnages : Le narrateur – La cigale – La cigogne – Le rat (2)- Le renard – Le lion -Le tigre-Le loup – l’âne

Le narrateur Les Animaux malades de la peste :

« Un mal qui répand la terreur,

Mal que le Ciel en sa fureur

lnventa pour punir les crimes de la terre… ››

La cigale (entrant avec une petite guitare) : – Quoi ? il y a une nouvelle catastrophe ? Viiite. ! il faut agir ! Il faut… composer une chanson de solidarité, enregistrer un CD avec toutes les stars de la variété internationale et redistribuer les bénéfices pour lutter contre… contre quoi au fait ?

Le narrateur : – « La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom) »

La cigogne (médecin, ton docte) : – Ah ! non permettez, la peste a été éradiquée, ce n’est plus une maladie actuelle…

Les rats : – Quel dommage, nous autres les rats étions les vedettes à l’époque.

Le renard : – On pourrait parler plutôt de moi l… je veux dire, de ma maladie, la rage.

Le narrateur : – Non l pas à c’t’heure ! … Parce que Pasteur… la rage…tout ça, si on commence à parler des bobos de chacun, on va y passer la nuit !

La cigogne : (toujours docte et sentencieuse) – Permettez, la santé est un sujet essentiel ! Rien n’est plus passionnant que les symptômes de la grippe aviaire, le diagnostic de la Pneumonie porcine, l’épizootie de la tremblante du mouton… ou l’encéphalopathie spongiforme bovine…

Le rat 1 (sortant en baillant) 1 – En effet, captivant !

Le renard (même jeu) : – Envoûtant !

Le rat 2 (même jeu) : – Fascinant !

Le narrateur 1 – Vous voyez ? Les bobos des autres, tout le monde s’en fiche ! Je peux continuer… oui ?

La cigale : – Je n’attends que ça… s’il n’est plus question de peste, quel sera le sujet de ma chanson ?

J’avais déjà les rimes :

la peste qui empeste

De Budapest au far-west.

I am the best,

I am modeste !

Le narrateur : – Mais on n’en veut pas de ta chanson, elle est pourrie !

La cigogne : – C’est vrai. A moins qu’elle ne parle de (sourire en coin, clin d’œil au narrateur) la maladie de la carpe.

La cigale  – La carpe ? (inspirée) Ouais, je l’ai. ..

Les métacarpes en écharpes…

Au fait, qu’est-ce qu’elle a la carpe ?

La cigogne et le narrateur (criant en chœur) – ELLE EST MUETTE ! La cigale sort, vexée.

La cigogne : Bien ! (toujours grave) Maintenant que nous sommes tranquilles, si nous parlions un peu de salmonellose ?

Le narrateur :  (se bouchant les oreilles)  NOOOOOOOON !…

La cigogne s‘enfuyant à son tour.

Le narrateur : Ah ! Enfin ! je peux reprendre

Les Animaux malades…

Les Animaux complètement malades !

La cigale (revenant) : – Ouais… ça c’est bon comme début de chanson :

ma-la-de,

complètement ma-la-de,

j”ai trouvé, on va parler de (marquer un temps) la maladie du… Lama !

La cigogne : – La maladie du lama dont le nom scientifique est Lama laria et…

Regard noir du narrateur… la cigale et la cigogne quittent la scène.

La cigale et la cigogne – Bon… bon… ça va.  On se fait Lamal.

Le narrateur  – Je crois qu’on va se la jouer classique Les Animaux malades de la peste.

Le lion (la casquette à l’envers, sa bande entre petit à petit, casquette à l’envers aussi, il déclame)

                                                      « Mes chers amis,

Je crois que le Ciel a permis

Pour nos péchés cette infortune ;

Que le plus coupable de nous

Se sacrifie aux traits du céleste courroux,

Peut-être il obtiendra la guérison commune. »

Au narrateur J’arrive trop tôt ?

Le narrateur : – Un peu trop tôt, oui… mais c’est super, continue…

Le lion (nettement moins poétique) : Ouais, ça commence à chauffer pour nous. Perso, j’ai péta des portables. Fallait que je m’achète de quoi me détendre. J’tais trop tendu. Et aussi j’ai déclenché l’alarme incendie pendant le brevet blanc. (se reprenant, il déclame à nouveau)

Je me sacrifierai donc s’il le faut.

Le renard : – Gros ! Sans dec’ c’est rien ça. C’est toi l’boss de t’façon ! Fais-toi plaiz. C’est des petits ! au pire, à c’tte âge, z’ont pas besoin de phone, c’est mauvais pour leur cerveau !

Le tigre : (ironique)-  Oh !  le thug !!!  Appelez les hendeks. Moi, pas grand-chose non plus, j’ai juste un peu hacké le site du collège.

Le loup : oh ! les gars… ben moi j’ai fumé une clope dans l’bahut, tranquille, rien de plus !

Le renard : Et moi, une peccadille, j’ai juste souvenance qu’en mon jardin passant je me suis initié à faire pousser quelques graines.

L`âne : J’ai… J’ai…falsifié ma fiche sortie (ou ma note sur un contrôle), oublié ma fiche liaison/ de faire signer mon contrôle/ perdu ma carte de cantine (au choix une quelconque peccadille)

Le Lion :- Oui, qu’est-ce que t’as fait l’âne ? Répète un peu.

Le tigre : – Ouais, dis voir, quelle catastrophe à peine avouable as-tu provoquée ?

Le loup : – Ouais, t’as fait quoi d’horrible ?

L’âne : – J’ai falsifié ma fiche sortie.

(Les animaux se regardent l’air interloqués)

Le renard : – Quoi ! Toi ? t’as fait ça ? t’as osé ?

Les autres : Wesh ! t’as pas honte ?

Le Tigre c’est hyper grave !

Le loup Mais trop pas ! Tu…

L’âne : (tentant de se rebeller) oh ! j’suis pas venu ici pour souffrir, ok ?!

Le renard Quoi ? tu te rends pas compte ? à cause de toi, on va se faire virer.

Les autres : Alors, c’est toi qui te fais exclure !

Le narrateur « Haro sur le baudet »

Le tigre: – D’où il sort celui-là ?

Le lion : – C’est le narrateur de notre fable, il est encore branché l7ème  siècle ! (se tournant vers le narrateur) Elle te convient notre version ?

Le narrateur : -Oui… ce n’est pas à proprement parler la version « classique ›› mais la morale est sauve…

Tous : – Hein ?

Le narrateur : – Oui, la morale de la fable :

« Selon que vous serez puissant ou misérable,

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »

Pour le meilleur et pour le rire, un sketch de Fanny Joly

joué par Jeanne-Ly, Martin et Valentin

La scène commence dans un silence lourd. La maman fait réciter à Léo sa leçon d’histoire.

 La maman  Alors, Léo ? Qu’est-ce que fait Louis XVI, en 1774 ?

Léo Euh… Perplexe Il meurt?

La maman Tu te paies ma tête ? cachant un sourire mais se reprenant C’est le cas de le dire… En quelle année il est mort, Louis XVI ?

Léo jouant avec ses cheveux.  Euh…

La maman  Ce n’est pas une réponse, ça : « euhhhhh »… Jetant un coup d’œil au cahier, impatientée. Louis XVI a été décapité en 1793, Léo ! Et en 1774, c’est-à-dire presque vingt ans avant, il a renvoyé successivement Turgot, puis Necker qui préconisaient des ré…  attendant une réponse des ré…

Léo Essayant de lire discrètement le cahier dans les mains de sa mère Des ré… publiques?

La maman De plus en plus agacée C’est comme ça que tu apprends tes leçons? Tapant sur la table Je vais te dire, moi, comment on apprend une leçon. On la lit trois ou quatre fois à voix haute, puis tout bas… Ensuite on cache. Et on s’exerce à réciter. Ligne après ligne…

« Surnommé le Bien-Aimé, Louis XV ne le sera guère longtemps… » (deux fois)

A ce moment, la porte s’ouvre. Entre le papa, l’air épuisé. Il pose au hasard son cartable, son imper et ses clefs. Puis s’écroule dans un fauteuil.

Le papa Gros soupir  Pouououh ! Quelle journée!

La maman regarde le papa. On sent qu’elle s’attend à recevoir un bisou. Rien. Une lampe est posée à côté du fauteuil. Machinalement, le papa veut l’allumer.

Le papa Tiens ! Et se tournant vers son épouse Ça ne marche pas, ça !

La maman Faussement décontractée. Ah ! bon ?

Le papa Ca doit être l’ampoule ! Vaguement accusateur.T’as pas d’ampoules de rechange, ici ?

La maman Agressive. J’ai pas d’ampoules de rechange! Et toi ? Montrant son front.Y a pas écrit « magasin d’électricité », là!

Le papa Un ton au-dessus.  Attends, attends… avec la journée que j’ai eue ! Les Américains sur le dos depuis huit heures ce matin! Le téléphone qui n’a pas arrêté ! S’il faut que je m’occupe des ampoules quand…

La maman Coupant, encore un ton au-dessus.  Et moi ? Tu crois que je m’amuse ? Toute la journée j’ai galopé! L’école, le supermarché, la lessive ! Et ta mère qui m’a tenue une demi-heure au téléphone alors que je devais emmener la petite chez le dentiste! Et celui-là montrant Léo rageusement qui n’est même pas capable d’apprendre…

Léo S’interposant,..  Stop! Stop! Stop! Autoritaire On arrête, là! On se tait ! Les parents obéissent, surpris.

Léo Ton professoral, reprenant les mots de sa mère. C’est comme ça qu’on rentre, le soir, à la maison ?

La maman et le papa Euh…

Leo Prenant son père par le bras et le raccompagnant à la porte Je vais vous dire, moi, comment on se comporte quand on rentre le soir à la maison ! Toi, papa, tu ramasses ton cartable, tes clefs, tu remets ton imper et tu ressors, s’il te plaît !

La maman Hésitante Et moi je fais quoi ?

Léo A sa mère.  Toi, maman, quand tu entends papa arriver, tu souris et tu dis : « Bonsoir mon chéri, pas trop fatigué? »

La maman Répétant docilement. Bonsoir, mon chéri, pas trop fatigué?

Léo Soufflant les mots à son père. « Si… mon amour! Mais je suis si heureux quand je te retrouve… »

Le père Si… mon amour! Mais je suis si heureux quand je te retrouve…

Léo  Continuant à donner des conseils.  Et maintenant, tu poses tes clefs, ton cartable, là… Sans bruit, tu accroches soigneusement ton imper au portemanteau… Tu vas pour allumer la lampe, tu vois que ça ne marche pas… Qu’est-ce que tu dis?

Le papa  Hésitant.  Euh…

Léo Non! Sûrement pas « Euh »… Ce n’est pas une réponse, ça ! Tu dis par exemple : « Oh! L’ampoule est cassée ! Quelle chance, ma Béatrice, on va souper aux chandelles ! »

Pour le meilleur et pour le rire de Fanny Joly

Pour le meilleur et pour le rire     Fanny Joly

joué par Diane, Jade et Pedro

La scène commence dans un silence lourd. La maman fait réciter à Léo sa leçon d’histoire.

 La maman  Alors, Léo ? Qu’est-ce que fait Louis XVI, en 1774 ?

Léo Euh… Perplexe Il meurt?

La maman Tu te paies ma tête ? C’est le cas de le dire… cachant un sourire mais se reprenant. En quelle année il est mort, Louis XVI ?

Léo jouant avec ses cheveux.  Euh…

La maman  Ce n’est pas une réponse, ça : « euhhhhh »… Jetant un coup d’œil au cahier, impatientée. Louis XVI a été décapité en 1793, Léo ! Et en 1774, c’est-à-dire presque vingt ans avant, il a renvoyé successivement Turgot, puis Necker qui préconisaient des ré…  attendant une réponse des ré…

Léo Essayant de lire discrètement le cahier dans les mains de sa mère Des ré… publiques?

La maman Tapant sur la tableC’est comme ça que tu apprends tes leçons ?Je vais te dire, moi, comment on apprend une leçon. On la lit trois ou quatre fois à voix haute, puis tout bas… Ensuite on cache. Et on s’exerce à réciter. Ligne après ligne…

« Surnommé le Bien-Aimé, Louis XV ne le sera guère longtemps… » (deux fois)

A ce moment, la porte s’ouvre. Entre le papa, l’air épuisé. Il pose au hasard son cartable, son imper et ses clefs. Puis s’écroule dans un fauteuil.

Le papa Gros soupir  Pouououh ! Quelle journée!

La maman regarde le papa. On sent qu’elle s’attend à recevoir un bisou. Rien. Une lampe est posée à côté du fauteuil. Machinalement, le papa veut l’allumer.

Le papa Tiens ! Et se tournant vers son épouse  Ça ne marche pas, ça !

La maman Faussement décontractée. Ah ! bon ?

Le papa Ça doit être l’ampoule ! Vaguement accusateur. T’as pas d’ampoules de rechange, ici ?

La maman Agressive. J’ai pas d’ampoules de rechange ! Et toi ? Montrant son front.Y a pas écrit « magasin d’électricité », là!

Le papa Un ton au-dessus.  Attends, attends… avec la journée que j’ai eue ! Les Américains sur le dos depuis huit heures ce matin! Le téléphone qui n’a pas arrêté ! S’il faut que je m’occupe des ampoules quand…

La maman Coupant, encore un ton au-dessus.  Et moi ? Tu crois que je m’amuse ? Toute la journée j’ai galopé ! L’école, le supermarché, la lessive ! Et ta mère qui m’a tenue une demi-heure au téléphone alors que je devais emmener la petite chez le dentiste! Et celui-là montrant Léo rageusement qui n’est même pas capable d’apprendre…

Léo S’interposant,..  Stop! Stop! Stop! Autoritaire  On arrête, là! On se tait ! Les parents obéissent, surpris.

Léo Ton professoral, reprenant les mots de sa mère. C’est comme ça qu’on rentre, le soir, à la maison ?

La maman et le papa Euh…

Leo Prenant son père par le bras et le raccompagnant à la porte Je vais vous dire, moi, comment on se comporte quand on rentre le soir à la maison ! Toi, papa, tu ramasses ton cartable, tes clefs, tu remets ton imper et tu ressors, s’il te plaît !

La maman Hésitante Et moi je fais quoi ?

Léo A sa mère.  Toi, maman, quand tu entends papa arriver, tu souris et tu dis : « Bonsoir mon chéri, pas trop fatigué? »

La maman Répétant docilement. Bonsoir, mon chéri, pas trop fatigué?

Léo Soufflant les mots à son père. « Si… mon amour ! Mais je suis si heureux quand je te retrouve… »

Le père Si… mon amour ! Mais je suis si heureux quand je te retrouve…

Léo  Continuant à donner des conseils.  Et maintenant, tu poses tes clefs, ton cartable, là… Sans bruit, tu accroches soigneusement ton imper au portemanteau… Tu vas pour allumer la lampe, tu vois que ça ne marche pas… Qu’est-ce que tu dis?

Le papa  Hésitant.  Euh…

Léo Non ! Sûrement pas « Euh »… Ce n’est pas une réponse, ça ! Tu dis par exemple : « Oh! L’ampoule est cassée ! Quelle chance, ma Béatrice, on va souper aux chandelles ! »

une parodie de jeu TV : Super-Gnognotte de Fanny Joly

Alexandre, Jean-Baptiste et Laura avec la complicité de toute la classe de 601 jouent un sketch de Fanny Joly, extrait de Et si on jouait.

Super-Gnognotte

Extrait de Si on jouait de Fanny Joly

Quand le sketch commence, une certaine excitation règne sur le plateau

Le présentateur, JIMMY, vérifie sa tenue, son profil. Pendant qu ‘il cherche dans ses fiches, Bernard adresse des signes de triomphe, à la caméra.

BERNARD demande sans arrêt : «Est-ce que ça filme ?»

SIMONE se ronge les ongles en marmon­nant : «Jai peur, maman j’ai peur!»

Soudain, une musique pétaradante (le générique) retentit. Jimmy bondit devant la caméra.

JIMMY Eh. bien, chers amis téléspecta-teurs, chers amis téléspecta-joueurs, bonjour et bienvenue sur le plateau de SUPER-GNOGNOTTE ! Applaudissements.

Pour un nouveau numéro de SUPER-GNOGNOTTE ! Applaudissements.

Avec toute l’équipe de SUPER-GNO­GNOTTE! Applaudissements.

Et aujourd’hui, deux nouveaux candidats s’affrontent dans SUPER-GNOGNOTTE ! Applaudissements. Bernard, qui nous vient de… Olorie-Sainte-Marron….

BERNARD Euh ! …. Non…. Oloron-Sainte-Marie!

JIMMY Oui… bon, c’est pareil! … Et Simone, la belle Simone qui nous vient, elle, de… Excusez-moi, j’ai quelques petits pro­blèmes avec mes fiches…

Je ne retrouve pas, ce n’est pas grave, enchaînons !

SIMONE Simone lève le doigt comme à l’école, affolée. Ça va pas m’enlever des points si vous le dites pas?

JIMMY Si je ne dis pas QUOI … Simone?

SIMONE Ben… que je viens de Mazères-Lezons!

JIMMY Enthousiaste Elle vient de le dire ! Elle vient de Mazères-Lezons! On l’applaudit bien fort ! Applaudissements Et lon passe tout de suite à la première question.

JE SUIS TRÈS INTELLIGENT : pouvez-vous mettre cette phrase au passé simple? Attention, vous avez cinq secondes…

BERNARD Perplexe Euh…

SIMONE Passé simple, passé simple… Ça me dit quelque chose… J’ai dû voir ça quand j’allais à l’école, mais alors là… Passé simple… Ce n’est pas si simple, dites donc!

BERNARD Est-ce que je peux faire coucou à Alexandre, pis à Baptiste, pis à monsieur Bezombe, je lui ai promis, pis aussi…

JIMMY Non, euh… attendez Bernard.

BERNARD… à Dédé et Marcelle, et leur petit chien Caramel, et aussi mon voisin Albert avec sa soeur Bernadette et… À cet instant, une sonnerie retentit.

JIMMY Et voilà ! Le temps réglementaire est écoulé, Simone, Bernard ! Et vous n’avez pas répondu à la première question ! Alors enchaînons tout de suite avec la deuxième question : QUELLE EST LA DEVISE DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ?

BERNARD se précipitant Le franc !

SIMONE Non ! L’euro !

JIMMY Mes amis, mes amis : la devise de la République française, voyons ! Tout le monde sait ça, c’est… c’est… Liberté… Égalité… Fra… Il attend la réponse.

BERNARD Il sonne triomphalementpez avant d’entrer! Bernard reprend  Frappez avant d’entrer !

JIMMY L’air navré Dommage, Bernard ! C’est presque ça… mais pas tout à fait ! C’est Liberté, égalité, fra­ternité ! Hé oui ! Et tout de suite, la troi­sième question : J’AI 35 ANS ET 12 ANS DE PLUS QUE KATY. QUEL ÂGE A KATY?

BERNARD L’air un peu ahuri Qui c’est ça Katy?

SIMONE Complice de l’autre candidat C’est vrai ça ! On la connaît pas, votre Katy, comment on pourrait savoir son âge? !

JIMMY Soudain inquiet, il vérifie ses fiches. Attendez ! Je relis la question : J’AI 35 ANS ET 12 ANS DE PLUS QUE KATY. QUEL ÂGE A KATY? C’est une question particulièrement difficile. J’avoue que moi-même (il insiste sur le moi-même et se désigne en bombant le torse) j’ai du mal à comprendre de quoi il s’agit… J’AI 35 ANS ET 12 ANS DE PLUS QUE KATY. QUEL ÂGE A KATY? Il y a peut-être une erreur… Cela arrive parfois, chers télespecta-teurs, chers télé­specta-joueurs, surtout, restez avec nous ! Je vous propose de passer directement à la dernière question : COMMENT S’AP­PELLE L’EAU QUE L’ON PEUT BOIRE?

SIMONE Euh…

BERNARD Il sonne comme un fou. Évian !

SIMONE Du tac au tac, elle espère doubler Bernard.Vittel !

JIMMY Hé non, L’air désolé pas de chance ! L’eau que l’on peut boire sappelle l’eau insistant sur le mot POTABLE !

SIMONE Potable?… Réfléchissant Potable…Où ça se vend, ça? J’ connais pas c’tte marque-là !

JIMMY Hélas!  Jimmy marque une pause Chère Simone! Cher Bernard ! Hé oui ! Lordinateur me le confirme : vous êtes tous deux ex aequo à ZERO. Vous ne gagnez donc pas la magnifique machine à couper les pommes de terre en forme de ressorts offerte par la maison TOURNEDORE, notre cher sponsor, TOURNEDORE, je le rappelle, c’est le matériel de cuisine qui tourne, qui dore, et qu’on adore !Qui gagnera la magnifique machine à couper les pommes de terre en forme de ressorts offerte par la maison TOURNE-DORE, le matériel de cuisine qui tourne, qui dore, et qu’on adore?

Pour le savoir, rendez-vous demain sur le plateau de Applaudissements. SUPER-GNOGNOTTE ! Pour un nouveau numéro de SUPER-GNO­GNOTTE! Applaudissements.

Avec toute l’équipe de SUPER-GNO­GNOTTE! Applaudissements.

La Belle et la Bête

La dispute des trois sœurs, adapté et joué par Clara, Camille et Lucile


novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930